Le Trésor Des Kerguelen

Le Trésor Des Kerguelen

003 Gestion carburant en vol…

Article précédent…

Article suivant…

 

 

 

 

003 Gestion carburant en vol…

 

 

 

     Parmi tous les éléments à gérer en vol, il en est un, la gestion des réservoirs carburant, qui me tient particulièrement à cœur car il est bien souvent source de stress et d'ennuis. Pourtant, il n'y a rien de plus simple à organiser... Je l'ai observé bien des fois en tant qu'examinateur cette fois, lors de tests en vols.

 

Lors de ma propre formation de pilote et bien souvent autour de moi, je voyais les pilotes (où même mes collègues instructeurs) faire de savants calculs et notes sur le log de navigation pour la gestion de ce carburant. Très souvent la méthode enseignée consiste à calculer la consommation, adapter le changement de réservoir suivant la route et noter le tout en fonction de savants calculs et notes diverses. J'ai toujours trouvé cette méthode contraignante, compliquée pour ne pas dire inutile.

 

Dès l'instant qu'il se passe quelque chose d'anormal dans le cockpit (panne volontaire lors d'un test ou pas, incident réel, météo dégradée...), là les choses dégénèrent très vite. Généralement, le pilote en oublie complètement cette gestion carburant, pour se focaliser sur l'ennui présent, ce qui mène tôt ou tard à des soucis (moteur ou cellule) beaucoup plus grave de conséquences...

 

 

Alors comment gérer le carburant dans nos appareils de façon simple et pratique à la fois...?

 

Voici la méthode que j'ai toujours enseignée et qui marche à merveille dès lors qu'on l'adopte de façon formelle.

 

     En matière de télécommunications marine il existe une règle de sécurité qui consiste à ne pas utiliser sa radio en émission durant les « silences radio ». Ces silences radio sont les 3 minutes qui suivent tous les quarts d'heures à partir de l'heure ronde et ce sur les 24 h d'une horloge. Sur les horloges utilisées dans le monde marin ce silence radio est matérialisé par un secteur de couleur après chaque quart d'heure ronde. Ainsi de 00 à 03, de 15 à 18, 30 à 33 et 45 à 48 minutes, un petit secteur rouge, vert ou bleu couvrant ces 3 minutes est dessiné sur l'horloge pour bien marqué ce temps mort réservé au « Silence Radio ». A l'origine, ces silences ont été faits pour que, en cas d'appel de détresse d'un navire, eh bien le fait de ne pas émettre fera que tout le monde alentours pourra bien mieux entendre cet appel au secours et répondre de suite à un bateau en détresse même lointain. Ce temps mort favorisant énormément la compréhension et l'écoute d'un Mayday !

Première chose donc : apprendre à se familiariser avec ces silences radio.

 

Ensuite, pour en revenir au pilotage, on note l'heure de décollage et le réservoir sur lequel on démarre la navigation. Exemple 12h24G. Ce qui signifie : décollage à 12h 24 sur le tank gauche.

Puis ensuite, au cours de la navigation, à chaque « silence radio », il suffira de commuter le (ou les si plusieurs) réservoir sur l'autre côté. Ainsi, vous n'aurez pas à calculer quoi que ce soit ni même les noter sur votre log de nav.

 

Exemple de pendule marine avec indicateur des « silences radio »...

Silence Radio1.jpg

 

Et là, quel que soit l'heure de décollage, au premier silence radio qui survient, vous commencez les changements de réservoir ainsi que le contrôle des paramètres moteur (GMP) qui vont avec (réserve carburant, pression admission, tempé carbu, EGT, CHT, charge alternateur, etc...). Donc toujours avec ce même exemple eh bien à 12h30, vous passerez sur le D et faites un check de tous les paramètres GMP. Ensuite ce sera... : 12h45G, 13h00D, 13h15G, 13h30D, etc, etc... De même que le cdb doit jeter un coup d'oeil à son équipage et aux passagers. C'est à lui de remarquer un pb s'il y a par exemple un passager malade ! Tout ceci s'effectue automatiquement dans les « silences radio ».

Ainsi à votre arrivée vous aurez géré votre consommation carburant de façon symétrique « sans y avoir spécialement pensé» ! En prime vous aurez checké vos paramètres machine de façon très régulière «sans y avoir penser non plus».

Cette méthode est particulièrement simple et efficace. Elle demande juste une règle d'application stricte. Ainsi, si par malheur une panne survient au GMP ou aux accessoires, vous saurez d'emblée qu'elle a débuté depuis moins de 15 minutes au plus tard. Car vous aurez fait un check GMP et instruments au plus tard 15 minutes auparavant. Et ceci quelle que soit votre heure de décollage, de timing entre balises radio-nav ou de points tournants au log de Nav.

Cette méthode sera d'une grande utilité si vous avez un indicateur de niveau carburant qui vous lâche en vol. Il faudra alors ignorer l'indicateur défectueux et suivre aveuglément la méthode des quarts du « silence radio ».

 

 

NB : Silence Radio :

Suivant les pays, les organismes (civils, armées, scientifiques...) et les bandes de fréquences utilisées, certains secteurs de « silence radio » peuvent être aménagés ou suspendus... Mais de façon globale, ce principe, restant en vigueur partout sur la planète pour tout le monde maritime et pour tous moyens de télécommunications.

Voir ici... https://fr.wikipedia.org/wiki/Silence_radio

 

 

 

Qu’on se le dise …et bon vol !

 

 

Article précédent…

Article suivant…

 

 

Retour catégorie Le Coin du Pilote...

 

 



13/01/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres