Le Trésor Des Kerguelen

Le Trésor Des Kerguelen

013 Recharger du gaz...

Trucs & Astuces, précédent... 

Trucs & Astuces suivant...


13 RECHARGER UNE BOUTEILLE DE GAZ…


Voir également article sur le gaz et le froid, ici...


     Par recharger une bouteille de gaz, j'entends la recharger par soi-même… Nous avons tous été confrontés à cette galère de la recharge des bouteilles de gaz. Les embouts et les adaptateurs s'accumulent avec les années… Autant de pays visités, autant de type de bouteilles de gaz différentes (voir Nota 1 en bas)… La chose n'est vraiment pas aisée à faire et, personnellement j'y ai apporté quelques améliorations notoires au fil du temps et je vous les soumets volontiers…


     Je passe sous silence la solution consistant à acheter un modèle du pays où vous êtes, bien sûr, ruineux ! C'est bien pour cette raison que tout le monde connaît la méthode de remplissage par transvasement de bouteille à bouteille. Mais elle longue, fastidieuse, parfois vraiment décourageante… Cela dépend beaucoup du type de bouteilles, de leur capacité, du type de gaz, de la bonne volonté des concessionnaires…!


     Je pars du principe que vous avez pu récupérer une bouteille pleine auprès du distributeur et qu'il vous la laisse au moins 24 heures avant de lui rapporter (sans perdre le montant de la consigne) !

Voir schéma de montage de ce système de transvasement, ici :





Ce que je propose, ce sont des améliorations à cette méthode car ce système ne manque pas d'embûches…


     Pour décrire succinctement l'opération, les deux bouteilles (la pleine et la vide), sont posées sur le sol et il faut les relier par un tuyau souple et transparent (on voit ce qu'il se passe - genre Tuboclair renforcé de 8 ou 10 mm de diamètre intérieur) et de 1,80 à 2 m de longueur. Déjà se pose le problème des adaptateurs de robinetterie. Autant de pays, autant de système, de pas de vis, de matériaux, de diamètres différents… Premier vrai casse-tête ! En général il faut une bonne réserve d'adaptateurs. Cet ennui passé, il faut maintenant positionner les bouteilles l'une au-dessus de l'autre pour que le transvasement commence. Là, une nouvelle entrave surgit : ce sont toutes les poussières présentes ( en grande quantité) dans les bouteilles de gaz qui viennent empêcher le débit par gravitation naturelle de la bouteille haute vers la basse. Méthode classique : avant de brancher la bouteille pleine, la retourner et la purger 2 ou 3 fois en ouvrant le robinet. Cette opération n'est pas sans inconvénient : à la première purge, le robinet va givrer rapidement et stopper net cette purge. Ensuite vous perdez quantité de gaz "liquide" avec le danger que cela représente en sus…!


Alors premier truc qui évite tous ces ennuis…

     Avant de retourner la bouteille pleine pour la mettre au-dessus de celle à remplir, vous placez 2 ou 3 gros aimants (voir Nota 2 en bas) tout autour du col de celle-ci. En effet, les poussières internes (communes à tous les récipients de gaz sous pression) sont en grande partie des résidus de riblonage, donc métalliques et peuvent être retenus par un "pôle" magnétique. Premier point donc collecter ces poussières de rouille et les amalgamer à travers la paroi sur les aimants.


     Ensuite, si vous pouvez retenir ainsi les poussières de rouille, lourdes, il restera néanmoins d'autres saletés, plus légères car non métalliques. Elles viendront encore obturer l'entrée de la bouteille basse… Rapidement le débit ralentira au point d'obliger le système d'échange (bouteille haute : + de gaz à l'état liquide vers bouteille basse : + de gaz à l'état gazeux) à passer par une phase de détention gazeuse qui elle, diminuera encore davantage le rendement du système d'échange. A ce stade, si vous ne faites rien (du genre refroidir la bouteille basse, réchauffer la bouteille haute, ou encore les secouer toutes les deux tour à tour…) eh bien les deux bouteilles resteront à moitié vide (ou à moitié pleine, au choix, mais idem), et ne bougeront pratiquement plus de cet état d'équi-pression. Le transvasement va durer une éternité… J'ai vu des navigateurs laisser les bouteilles près d'une semaine avant d'arriver au bout de leur peine !!! Personnellement il me faut trois, quatre heures grand maximum pour "passer" 13 kilos de gaz, avec une surveillance (et des "actions") permanente toutefois !


Que faire alors pour rendre le système opérationnel et rapide jusqu'au bout ?

     Eh bien collecter les dernières poussières fines lors de la descente, juste avant le robinet de la bouteille basse par un "piège" mis en place sur le tuyau. C'est l'objet de cette deuxième astuce ! Il faut penser aussi à placer la purge de telle sorte qu'elle soit sur le point le plus bas du tuyau. Faire une petite "cuvette" juste avant le raccordement à la bouteille vide ! Voir le détail pour réaliser ce diverticule (copié sur le bon vieux principe de l'appendice sur l'intestin) par cette vue,…ici…




Le tuyau restant parfaitement exempt de particules, l'échange Bouteille haute, Bouteille basse continuera à fonctionner et ceci jusqu'à la dernière goutte de gaz "liquide" de celle du haut.


     Encore un truc que j'ai souvent usité pour accélérer la "vidange", c'est de pincer le tuyau de temps en temps par une pince-étau à larges mors… Le fait d'écraser le tuyau (sur une large portion, d'une part il ne s'abîme pas mais surtout c'est plus efficace), entraîne une variation de pression importante qui à son tour accélère grandement l'échange.

L'expérience de ces transvasements de gaz m'a montré que beaucoup de gens imaginent cette manipulation impossible…! Pourtant elle fonctionne parfaitement bien mais il y a des tas de Trucs & Astuces à utiliser pour la rendre facile !


Dernier conseil : c'est de disposer à bord d'un peson (de 25 kg car les bouteilles -françaises pleines - pèsent environ 23-24 kg !) pour s'assurer que vous ne dépasserez pas les normes de pression de service de votre bouteille (voir Nota 3). Pour cela il suffit de la peser au cours du remplissage et de s'arrêter aux 13 kg de gaz transvasé ( peser la bouteille vide avant de débuter le remplissage pour connaître la tare - est inscrit en principe sur la bouteille). Dans certains pays il sera parfois nécessaire de se procurer plusieurs "gas cylinders" (en anglais) pour obtenir les 13 kilos. Le poids du gaz autorisé est toujours inscrit sur les bouteilles. A ne pas dépasser !



Petite anecdote à ce sujet… A Puerto Williams, dans le grand Sud du Chili, nous avions remplis une bouteille de gaz au magasin de la base navale en réserve "pour le cas où"…/… Comme nous partions pour 2500 km de périple dans les canaux gelés de Patagonie, je me suis dis, allez, je mets deux kilos de plus de gaz dedans… Hé bien en arrivant à Valdivia quatre mois plus tard (nous n'avions pas eu besoin de cette réserve "supplémentaire" de gaz), la bouteille s'était "arrondie" : prête à éclater ! Quand je me suis rendu compte de cela, j'ai vraiment eu peur… Et j'ai ouvert le robinet pour la purger des 2 kilos de trop ! Je pense que c'est à cause de deux dépressions très creuses passées sur nous au cours du périple (à 969 hPa) qui sont à l'origine de l'expansion de la bouteille. Près de cinquante hectoPascals en moins par rapport à la pression ambiante standard -1015 hPa - c'est énorme pour tout ce qui est sous pression ! Heureusement elle n'est pas allée jusqu'à l'explosion… Mais quelle chance mes amis…! Maintenant je sais pourquoi il ne faut vraiment pas dépasser la charge prescrite sur l'estampille !

 

Nota 1 : Dans certains pays il est possible de faire recharger les bouteilles (françaises) directement chez les concessionnaires. Ceci est très variable et "changeant avec les années" : nouveaux concessionnaires, nouvelles normes…/… Mais dans ce cas il faut encore veiller à posséder des bouteilles "récentes".. Car celles-ci sont poinçonnées par le service des mines et la validité d'épreuve est de 10 ans. Si la date de péremption est passée (on a vu des bouteilles âgées de 30 ans et en très mauvais état !), personne n'acceptera de vous les recharger ! Ne reste plus alors que la méthode "personnelle" !


Nota 2 : Pour trouver des aimants : récupérer de vieux haut-parleurs de sono. Dans le socle, à la base de la membrane, il y a toujours un aimant, généralement collé à l'Araldite ou serti. On trouve également des pastilles de Néodyme dans les vieux disques durs d'ordinateurs. Ils pourront faire l'affaire aussi mais attention car (même s'ils sont 20 ou 30 fois plus petits),  ils sont 10 fois plus puissant que les classiques aimants ferromagnétiques (donc à ne pas laisser traîner n'importe où : champ magnétique extrêmement perturbateur…!).


Nota 3 : Concernant le peson, il a une autre utilisation, très utile dans les pays "facilement tricheurs" dirons-nous (cas de l'Egypte) c'est de pouvoir contrôler la charge de gaz que le marchand est censé vous mettre dans la bouteille... En Egypte, systématiquement on vous mettait la moitié de la charge normale en vous faisant payer une complète bien sûr ! Il faut le savoir ça ! ...La tête du commisionnaire quand il me voyait sortir mon peson de ma poche et moi de lui montrer le résultat  ! Je vous assure que ce genre de démonstration "technique" remet tout de suite les pendules à l'heure (autrement dit : les resquilleurs dans le droit chemin). Non mais dès fois ! Faut quand même pas nous prendre pour des demeurés ! L'investissement de l'achat du peson est vite remboursé parfois ! Qu'on se le dise !


Nota 4  :

Autant de pays visités, autant de bouteille de gaz différentes donc d'embouts de remplissage aussi différents ! Il existe un kit qui se vend chez certains shipchandlers (contient 5 embouts d'adaptation, les plus courants), il est bien pratique de l'avoir à bord. Mais le nombre de modèles est si élevé que bien souvent il est nécessaire d'en fabriquer un soi-même.

Pour exemple en Australie, n'ayant pas le bon modèle d'embout de bouteille de gaz, je suis allé au dépôt (c'était à Darwin, zone industrielle) et là, j'ai récupéré une veille bouteille sur laquelle j'ai prélevé la robinetterie pour  pouvoir faire une adaptation "maison". Aucun concessionnaire n'acceptant de gonfler mes "vieilles" bouteilles françaises, j'ai dû me résigner à fabriquer cet adaptateur qui m'a permis de transvaser ensuite...!

Le gonflage des bouteilles de gaz "hors de nos frontières", un véritable parcours du combattant parfois !

Mais un marin ne s'arrête pas à si petite besogne, n'est-ce pas ?

Bon courage.


Qu'on se le dise ...et bon vent !


Trucs & Astuces, précédent... 

Trucs & Astuces suivant...


 Retour à liste des Tr & As...


Podium des visites sur notre site...

http://voyageforum.com/voyage/budget_tour_monde_voile_D146130/

http://www.uniterre.com/r_carnets/carnets/recherche/carnet.php?id=8229

http://www.des-blogs.com/blog/3292/____25_ans_autour_du_monde____

http://kerguelen.blogtrafic.com/










11/01/2006
1 Poster un commentaire
Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 152 autres membres