Le Trésor Des Kerguelen

Le Trésor Des Kerguelen

204 Fabriquer une lanterne céleste…

Trucs & Astuces précédent…





204  Fabriquer une lanterne céleste…


     Dans le cadre des jeux d'enfants*, que nous pouvons réaliser aisément, nous trouverons ces lanternes célestes (appelées aussi lanterne chinoise ou lanterne volante) qui sont envoyées à toute occasion de fête et de célébrations en Asie. Ces lanternes sont vraiment magiques. Nul ne restera indifférent à l'envol de ces minis montgolfières dans une nuit étoilée. La Thaïlande est une championne dans ce domaine avec ses « Khom Loys ».

Voici une méthode simple pour fabriquer une lanterne céleste.


Bien qu'elles coûtent peu à l'achat, les fabriquer soi-même, sera une occupation extraordinaire pour émerveiller des enfants. Nous avons en général tout ce qu'il faut à bord pour cela. De plus, voir fonctionner des engins volants qu'ils auront fabriqués de leurs mains, sera encore plus valorisant pour des enfants, de tout horizon.

* Voir aussi les articles des Trucs & Astuces abordant ce sujet des jeux pour enfants... 091139185.


Matériel requis pour fabriquer une lanterne…

Du papier de riz ou de soie, de préférence le plus fin possible.
Des petites bougies de fêtes en barquettes aluminium (ou des bougies ordinaires) ou encore de l'alcool solidifié.
Du fil de fer très fin et de la colle..
Du scotch large (fin : genre emballage, au silicone) ou du fil à coudre.
Une (des) canette de soda ou de bière, vide (alu).
Des petites baguettes de balsa, de peuplier ou du petit roseau.


Fabrication du ballon…


     Tout d'abord, il faudra utiliser des matériaux écologiques et biodégradables pour la fabriquer. Les lanternes, une fois envolées, retomberont dans la nature ou l'océan, loin de vous, il faut donc qu'elles puissent se désintégrer rapidement. On va employer ainsi des matériaux écologiques et dégradables pour les fabriquer (et surtout pas du plastique qui lui, mettra 400 ans pour se déliter – de plus les sacs plastiques seront mortels pour les tortues marines qui les confondent avec les méduses, leur nourriture de base).

     On prendra du papier fin (de soie, de riz...), de couleur vive et claire de préférence pour ce faire. Ainsi, la lumière sera plus rayonnante au travers, donc visible de plus loin lors de l'envol. On pourra faire des sacs de 50 à 200 litres. Suivant le volume choisi, on ajustera évidemment de pair, la grosseur du brûleur.
Pour avoir une idée du volume des ballons… Un fût d'huile classique (que l'on voit partout sur les chantiers ou à traîner sur les ports) fait 159 L (ou 42 gallons US).  Les fûts de produits chimiques sont un peu plus gros : généralement 200 L. Donc on peut s'inspirer de ces tailles moyennes qui sont parfaites pour découper de grandes bandes de papier fin et de coller les morceaux, bien étanches entre eux. Si on dispose d'un vieux fût, on s'en servira de gabarit pour l'assemblage des pièces. Mais on pourrait faire carrée, hexagonale ou à facettes, le choix est grand quant à la forme choisie. Cela se fera en fonction de la taille initiale du papier (bandes, rouleaux, morceaux…).

     Il n'est pas nécessaire de mettre de renfort à l'intérieur du "sac" autre que dans leur bordure basse qui, elle, maintiendra le brûleur en place au milieu. Le gonflement du ballon sera assuré par la seule présence d'air chaud à l'intérieur.
Par contre il sera nécessaire de renforcer le bas du sac par un ourlet dans lequel on placera ce cercle de baguette fine genre balsa ou roseau. Des vieux cageots à légumes feraient aussi très bien l'affaire, car le bois utilisé est du peuplier (très léger). On peut donc en tirer de fines baguettes, parfaites pour cet emploi. Si les baguettes obtenues sont trop courtes pour faire le tour du sac, on les assemble (lamelles collées) pour former une grande longueur ajustée au diamètre du sac. Un vieux store peut aussi fournir de très bonnes petites baguettes de bois, fines et solides. Pour fixer la baguette à l'intérieur de l'ourlet en bas du sac, soit, on la coud avec du fil, soit, on la fixe avec du ruban adhésif. Au choix…
Cette baguette doit être assez rigide car elle va servir de support et de fixation au brûleur.



Fabrication et Montage du brûleur…



     Le ballon est donc prêt, reste à y monter le brûleur.
Pour ce faire, il y a plusieurs solutions…
Pour un sac de 50 à 100 L, on peut directement prendre une petite bougie de fête. Genre modèles basses vendues dans un minuscule conteneur en aluminium (se présentent souvent en paquet de 50 ou 100, sont appelées aussi "bougies flottantes" – elles flottent effectivement et sont prévues ainsi). Leur dimension courante est de 45 mm de diamètre pour une hauteur variable de 15 à 30 mm, leur poids moyen varie de 10 à 25 g chacune suivant leur hauteur. Elles conviennent parfaitement pour les petits modèles de lanternes. Il faudra cependant ajouter d'autres mèches autour de celle en place,  afin d'obtenir une puissance de chauffe supérieure.
Pour de plus gros ballons, sac de 150 L ou plus, eh bien il faudra fabriquer le brûleur.
     
     Une manière simple et non coûteuse consiste à prendre une canette de soda (ou de bière, en alu) et de la découper en « peau de banane » pour en faire un petit conteneur muni de "bras" (en conserver 6 à 8 seulement). Leur diamètre standard est de 65 mm et une hauteur de "réserve" de 20 ou 25 mm sera bien suffisante. Il ne faut pas oublier que plus le brûleur sera gros, donc lourd (poids de la cire ou de l'alcool contenu), et plus le ballon devra lui aussi être conséquent en volume porteur.
Une fois découpé (voir photo), le brûleur peut être attaché au cercle porteur du ballon. Les languettes réalisées par pliage en peau de banane, auront pour seul but de résister à la proximité de la flamme du brûleur. Ensuite en bout de languette, on pourra utiliser un fil fin (à coudre ou en Nylon) pour fixer le tout, au centre du cercle, attaché aux bords. De cinq à six attaches suffisent mais on peut en mettre plus si le cercle n'est pas assez rigide. Le fait d'en mettre plus rigidifiera l'ensemble "en roue de vélo".


Chaque bras ici sera redécoupé encore en 2, ce qui donnera en tout, 8 attaches.
Au dessus, une bougie flottante classique.



     Si vous n'avez pas utilisé une bougie « toute faite », il faudra emplir le petit conteneur (partie basse de votre canette) de cire que vous coulerez dedans en faisant fondre une bougie ordinaire. Ne pas oublier d'y mettre plusieurs mèches, réparties. Le fait de mettre plusieurs mèches* vous donnera une puissance de chauffe beaucoup plus importante. Mais cela réduira aussi le temps de combustion de l'ensemble. Donc compromis à trouver entre la puissance du foyer obtenue et le poids total de l'ensemble – ballon + brûleur. On pourrait tout aussi bien utiliser de l'alcool solidifié (se présente en "sucre" – existe comme allume-feu). En Thaïlande, ils utilisent souvent un petit morceau de chiffon doux imbibé de cire et rouler en cylindre ou en en boule.
On devra cependant veiller toujours au poids de ce brûleur car le volume du ballon devra répondre à un ratio bien précis.
Pour cela : voir données techniques*.

* mèches multiples : Pour ce faire, on prend une bougie ordinaire que l'on coupe en 4, 5 ou 6 morceaux. On dépose ces morceaux dans la canette et ensuite on garnit la place libre entre elles par de la cire prise sur le reste de la bougie ou une autre. On obtient ainsi une grosse bougie à 3, 4 ou 5 mèches. La puissance de chauffe en sera d'autant augmentée.
Pour un brûleur composé d'un seul morceau de bougie, il sera nécessaire de lui ajouter 2 ou 3 autres mèches autour de la première (on chauffe une pointe pour faire le trou et on met un morceau de mèche dedans).

NB : Le temps de combustion d'une petite bougie flottante standard (45 x 30 mm) est de 2 h environ (et 1h 15 pour la plus petite 45 x 15 mm).

Voilà, la lanterne céleste est fin prête, restera à effectuer l'envol.

Un blog bien fait qui explique beaucoup de choses sur les khom loys, en compagnie de Thulemin, ici...à visiter.



Données techniques…


     Pour vous donner un ordre de grandeur, les aérostiers nous apprennent ceci :

     Un mètre cube d'air, (soit 1000 L), pèse près de 1kg, soit, en arrondissant 1000 g. Si on chauffe cet air à  60° C, ce mètre cube d'air va alors peser environ 750 g. On peut en déduire que 1000 L d'air surchauffé pourrait soulever au maximum (1000 – 750 = ) 250g. Donc 100 L d'air chauffé vont pouvoir soulever, au mieux : 25 g environ. Voilà donc un ratio intéressant et indispensable à connaître : soit, chaque litre d'air pourra soulever 0,25 g (ou encore il faudra 4L d'air chaud au minimum pour soulever 1g). Ce qui nous donne un ratio de 4 et donnera la règle suivante : : il faut 4 fois plus de Litres d'air que de g à soulever.
Ce ratio élevé nous fait comprendre pourquoi les Montgolfières doivent être aussi volumineuses. Il faudrait au minimum 4000 m3 d'air pour soulever 1 tonne (poids total = ballon +  nacelle avec brûleur +
bouteille de gaz + passagers).
Ce qui donnerait un ballon de plus de 30 m de diamètre (D de 32 m = 4096 m3).

     Pour nous avec notre petite lanterne, ce ratio doit aussi être respecté sinon elle ne pourra jamais décoller.
Au départ si le poids est un peu trop élevé, ce n'est pas bien grave. Le temps de stabiliser la lanterne en température, un peu du combustible va être consommé et le poids va diminuer.  Elle pourra alors décoller, dès l'équilibre obtenu.


Exemple pratique…

     Avec un ballon de 100 L on pourrait donc emporter une charge totale de (Sac vide + Brûleur + attaches)… 100/4 = 25 g. Et une bougie flottante (petit modèle de 15 mm de H en coupelle alu) pèse en moyenne 10 à 12g. Avec un ballon de 100 L vous pourrez donc mettre 2 petites bougies en guise de brûleur. Il suffira de les fixer ensemble avec un petit fil de fer fin (ou bien en mettre une seule mais de 30 mm de hauteur).
Pour un brûleur plus gros, "fabriqué maison" de 55g par exemple, il faudra donc un ballon de, au minimum… 55 x 4 = 220 L.
Rappelez-vous bien ce ratio : 4L de portage par gramme de lanterne (complète) à soulever.
…et que la fête des Lanternes, des Khom Loy, commence !



Décollage des lanternes…
 
 


     Il faudra attendre une nuit sans vent (de préférence ou au moins le plus faible possible) et sans lune, ce serait l'idéal. Ensuite il faudra vous installer dans un endroit dégagé de tout danger, loin des habitations. Le mieux est en bordure de mer. Ceci aura en plus le mérite de vous laisser une vue parfaitement dégagée pour suivre vos lanternes s'élever doucement dans le ciel, très loin au large.
Une fois allumée, si la lanterne commence à se balancer un peu de droite et gauche, cela signifie qu'elle est prête à décoller, tout simplement, sa température est suffisante pour s'élever dans les airs. La voir s'envoler est magique !
Ce spectacle est magnifique surtout si de nombreuses lanternes sont envoyées en même temps. Lors de fêtes en Asie, les couleurs vives de ces minis montgolfières multicolores faites de papier de soie (ou de papier de riz), donnent le plus bel effet.
C'est un spectacle vraiment inoubliable.

     Si un jour vous avez l'opportunité d'offrir cela à des enfants au bout du monde, surtout s'ils sont démunis de tout, vous leur offrirez là un cadeau inoubliable pour eux aussi.




Qu'on se le dise …et bon vent !




Trucs & Astuces précédent…


 Retour à liste des Tr & As 2...







13/04/2013
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 153 autres membres