Le Trésor Des Kerguelen

Le Trésor Des Kerguelen

217 Pourquoi le Typhon Haiyan…

Trucs & Astuces précédent…

Trucs & Astuces suivant…

 

 

 

 

217  Pourquoi le Typhon Haiyan*…

 

 

     En ce weekend du 11 novembre, les Philippines viennent d'être touchées très sévèrement par le typhon Haiyan. C'est le plus puissant de toutes ces dernières années. Je reçois du courrier à son propos… Je vous livre la question qui fuse à la suite des informations entendues à la radio, comme à la TV…

 

     Je cite…

« Les infos disent que c'est le typhon le plus violent jamais vu et il y a "seulement" des vagues de 4 à 5 m de hauteur…/…, on ne comprends pas…/… »

 

Eh bien oui, les journalistes répètent ce qu'ils entendent mais sans savoir exactement de quoi ils parlent. Et ils ne vont pas chercher plus loin, les véritables explications de ces phénomènes complexes…

 

Alors voilà résumé, pour ceux qui m'ont contacté ce weekend en particulier, une réponse précise à leurs interrogations… je réponds encore une fois, par un article car c'est l'occasion de faire un petit exposé à tous, sur ce phénomène particulier.

 

     Dans un cyclone, comme dans un typhon, il y a 3 phénomènes complètement différents, qui génèrent des conséquences graves sur la surface océanique comme aux continents touchés par ces tempêtes.

Par ordre de survenue : Il y a la houle, le vent et la mer du vent, puis l'onde de tempête.

 

1) Le vent…

 

     Il y a la force du vent en elle-même. Ce vent génère des vagues qui vont aller en s'amplifiant avec la force de celui-ci. Ces vagues vont se diriger dans la direction où souffle le vent global sans changer notoirement de route au cours de leur parcours. Cet effet à pour conséquence immédiate de « lever la mer » qui devient alors dangereuse à cause de ces vagues et de son déferlement sur les rivages. Ne parlons pas d'une navigation dans ces conditions de mer… Pour avoir une idée, des vents réguliers à 150 km/h vont générer des vagues de 8 à 10 m de hauteur. Des vents à plus de 250 km/h vont générer des vagues de 15 à 20 m de hauteur. Des vagues de 23 m de hauteur ont été mesurées récemment au cœur d'un typhon dans le Pacifique Nord-Ouest avec des rafales à 300 km/h. La « mer du vent » (c'est ainsi qu'on appelle ces vagues) devient donc démentielle avec la force de celui-ci. L'augmentation de la hauteur des vagues est proportionnelle au carré de sa vitesse.

Mais lorsque dure ces tempêtes, il y a un effet consécutif encore à cette « mer du vent ». Comme les vagues se déplacent en ligne droite, elles vont partir loin devant la tempête car elles se meuvent bien plus vite que le centre de la tempête elle-même. Ces vagues vont s'atténuer avec la distance parcourue et arriver dans des zones maritimes (ou échouer en zones terrestres), là où la tempête n'est pas encore active (là où le vent ne souffle donc pas encore).

C'est la « houle » et on arrive au cas 2…

 

 

2) La houle…

 

     Ces vagues amorties, longues et puissantes,  bien souvent, ne sont pas accompagnées de vent. Elles touchent donc des zones qui ne sont pas encore en alerte tempête. Elles peuvent être très hautes, ce qui leur confère une puissance de destruction énorme. C'est la "houle de tempête", signe précurseur à l'arrivée imminente d'une perturbation (tempête, cyclone, typhon…/…). Plus la houle est longue et haute plus elle se déplace vite et plus la tempête qui l'a générée est puissante. Cette houle peut atteindre 5, 6, 7, 8 m de hauteur avec une "période" allant de 8 à 25 secondes (temps de passage entre 2 crêtes - souvent de 10 à 15 secondes).

Pour avoir une idée…

La vitesse de déplacement d'une tempête est assez variable mais se tient dans la fourchette globale de 5 à 40 km/h (pour les plus rapides). La vitesse moyenne sera le plus souvent de 10 à 20 km/h.

Pour la houle, sa vitesse de déplacement sera en rapport avec la vitesse de ses vents générateurs. On constate que la vitesse moyenne de déplacement de la houle est de 30 à 80 km/h. On voit donc de façon générale que la houle va plus vite (grosso modo, plus du double) que les tempêtes elles-mêmes. La houle est donc un bon signe précurseur de l'arrivée imminente d'une tempête. Cette houle atteint les côtes avant la perturbation elle-même.

Mais le cœur de la tempête amènera encore un phénomène peu connu et particulièrement dévastateur : c'est "l'onde de tempête", c'est à suivre, le volet 3.

 

 

3) L'onde de tempête…

 

     Ce phénomène, présent à tous types de tempêtes, est particulièrement puissant dans les cyclones.

Cette fois c'est la dépression atmosphérique à l'intérieur du cœur de la tempête qui va créer une forte aspiration sous l'œil du phénomène et provoquer par là même, une élévation du niveau de l'eau. Mais comme les vents tournoient dans ces cyclones, cette élévation du niveau de l'eau va suivre aussi le sens de rotation des vents en créant un courant induit. Prenons le cas d'un cyclone comme Haiyan de l'hémisphère Nord. Il tourne dans le sens contra horaire (vers la gauche). En touchant la côte, le vent et les vagues se dirigent donc vers la côte dans sa partie N (encore appelée secteur dangereux) et inversement, dans sa partie Sud (encore appelée secteur maniable), les vents se dirigeront vers le large. Ce qui va donner les différences suivantes…

Le vent du "secteur N"  va avoir (par exemple) une vitesse de 250 km/h auxquels vont s'ajouter la vitesse de déplacement du cyclone (mettons 40 km/h)… Ce qui donne un vent final de 250 + 40 = 290 km/h. A contrario dans son "secteur Sud", on aura cette fois : 250 – 40 = 210 km/h. On voit donc que le résultat final engendre des effets dévastateurs différents suivant le côté où vous subissez la tempête (200 d'un côté et près de 300 de l'autre pour prendre le cas extrême de Haiyan).

Pour en revenir à l'onde tempête, eh bien, à l'identique, l'onde de ce courant induit, va se diriger vers la côte au N (et donc faire monter le niveau d'eau) ou bien s'éloigner de la côte touchée au S et faire baisser le niveau de la mer cette fois. C'est ce qu'on appelle le phénomène d'upwelling ou de downwelling suivant le sens à monter ou à descendre de la "marée de tempête". Cette onde de tempête (appelée intumescence – c'est une bosse d'eau géante) peut atteindre plusieurs mètres de hauteur : 3, 4, 5, 6 m suivant la force, l'étendue et la dépression à l'intérieur de son œil. Pour info, une baisse de pression de 100 hPa (donc P voisine de 900 hPa) à l'intérieur d'un cyclone créé une élévation de l'eau (sous son œil) de 2 à 3 m, le double si pression proche de 800 hPa… Ce qui a été constaté dans les supers typhons comme Haiyan.

Pour en venir à la hauteur de vagues données aux infos dans le typhon Haiyan, les 4 à 5 m de hauteur de vagues donnée ne sont pas les hauteurs de vagues dans le typhon mais la hauteur de l'élévation de l'onde de tempête dans le secteur dangereux du typhon (partie Nord de Haiyan). Avec des vents à 300 km/h on peut annoncer une hauteur de vagues en mer de l'ordre de 12 à 15 m. Les 4 ou 5 m annoncés aux infos étaient donc uniquement l'élévation moyenne de la mer sur la côte, due à l'onde de tempête. Il est bien évident qu'en plus, avant était arrivée une forte houle puis des vagues de tempête elle-même, probablement de plus de 10 m de creux. On comprend alors aisément, que sur la côte et les terres basses, tout a été inondé, submergé, ravagé et rasé par un tel cataclysme maritime. C'est ainsi que l'on retrouve des cargos de plusieurs milliers de tonnes à 1 voire 2 kilomètres à l'intérieur des terres ! Les images de la TV hélas nous ont bien montré cela... 

 

NB : C'est le même phénomène qui se produit lors des tsunamis, retrait puis élévation brutale du niveau de la mer par une onde unique ou parfois doublée. Mais dans ce cas, l'onde de tempête est générée à l'origine par un séisme sous-marin et non pas par une dépression tropicale.

 

* Pourquoi avoir mis cet article ici ...?

Eh bien tout simplement pour souligner la dangerosité extrême de l'onde de tempête

Les énormes vagues atteignant la côte sont destructrices en bord de mer seulement. Les pluies torrentielles du cyclone seront également dangereuses par les inondations des parties basses et glissements de terrains engendrés dans les zones de reliefs cette fois. Mais l'onde tempête, cette surélévation du niveau de l'eau, va créer un courant de submersion catastrophique par les dégâts occasionnés assez loin à l'intérieur des terres. C'est au final, ce dernier effet dans un cyclone, qui est le plus destructeur et meurtrier. Le courant de marée de tempête casse absolument tout sur son passage et les pauvres gens restés "au sol", sont déchiquetés par tous les matériaux entraînés dans ce courant. Seul échappatoire : se réfugier dans les étages d'un bâtiment solide ou sur une haute terre. A l'arrivée d'un super cyclone, il faudra donc prévoir de se réfugier dans une hauteur solide afin d'échapper à cette onde de tempête. C'est le phénomène le plus dangereux et meurtrier d'un cyclone en étant en bords de mer ou proche.

   Voilà, pour apporter un peu de lumière sur les infos entendues (et bien mal explicitées) à propos du typhon Haiyan.

On a une pensée bien attristée et compatissante pour le peuple de cet archipel meurtri.

 

Bon weekend à tous (tes).

 

 

 

Qu'on se le dise …et bon vent !

 

 

 

Trucs & Astuces précédent…

Trucs & Astuces suivant…

 

 Retour à liste des Tr & As 2...

 

 

 

 

 

 



11/11/2013
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 152 autres membres