Le Trésor Des Kerguelen

Le Trésor Des Kerguelen

253 Fabriquer une gueuse de mouillage …

Trucs & Astuces précédent…

Trucs & Astuces suivant…

 

 

 

 

253  Fabriquer une gueuse de mouillage …

 

 

 

 

     J’ai déjà écrit un article sur l’amélioration que l’on peut apporter à un mouillage et un autre sur la manière de faire cette gueuse (article N° 017 des Trucs & Astuces1). Mais cette semaine, on me demande plus de détails sur la mise en œuvre de cette fabrication. Alors voici un exposé plus précis – il fait suite au N° 120 des Trucs & Astuces1, avec des détails sur la façon de procéder pour en fabriquer une, enfin « façon système D », c’est-à dire avec les moyens du bord et à pas cher, comme toujours.

 

La gueuse de mouillage n’est pas autre chose qu’un poids mort que l’on rajoute sur une ligne classique de mouillage, une fois allongée. L’élément déterminant de ce « corps mort » sera donc en tout premier sa densité pour que ce poids ne soit pas trop volumineux. Ainsi, le matériau le plus approprié pour ce faire sera le plomb.

 

 

 

     Pour ma part, j’ai toujours récupéré (par avance) du plomb de vieilles batteries. Ainsi, je jour où j’ai besoin de plombs de plongée ou autre utilisation, j’en ai toujours un peu d’avance. Il faudra donc pour commencer trouver de vieilles batteries. Ensuite, après les avoir vidées de leur acide, il suffit de les casser à la masse et de récupérer toutes les parties en plomb (bornes, barres de liaisons et grilles). Le plus désagréable étant de désintégrer les plaques empâtées pour ne garder que leurs grilles supports. Il est possible de récupérer jusqu’à plus de 4 kg de plomb sur de grosses batteries. On aura donc intérêts à chercher de gros modèles (moins de travail et plus de plomb également que sur des petites). Ce travail est fastidieux, salissant et risqué. Il faudra donc prendre beaucoup de précautions pour l’effectuer (bonnes chaussures, salopette, gants, lunettes).

 

Ensuite le format de la boîte dans laquelle on va faire fondre et couler ce plomb. Pour ma part j’ai coulé des gueuses de 9,5 kg environs. Comme la densité du plomb est de 11,35, eh bien cela signifie que 1 litre de plomb (pur) pèsera déjà plus de 11 kg ! Se rappeler que pour être efficace sur la tenue du mouillage, le poids devra être important. Je mettais le plus souvent en place et ensemble, les deux gueuses dont je disposais. Ce qui faisait près de 20 kg sur la ligne. Mais fabriquer des éléments pas trop lourds sera une simple règle d’aisance sur le pont-de-pêche avant et de sécurité aussi pour les manipuler.

 

Sinon, concernant le rapport entre poids et volume…

Rappel : Calcul du volume d’un cylindre,  V = Pi r² h  (ou Pi = 3,14,  r le rayon de la boîte et h la hauteur).

Enfin pour le poids obtenu… P = V x Densité.

 

 

 

Choix d’une boîte pour la fonte…

 

     J’avais pris des boites, type lait en poudre de 2,5 kg mais on ne trouve pas ce genre de produit en France. Par contre il existe des boîtes, très proche de format, comme les « confits ou cuisses de canard ». Ces boîtes de conserves sont assez grandes et solides. Elles mesurent, pour les standards de ce genre, 15 cm de diamètre (donc R = 7,5 cm) pour une hauteur de 8,5 cm. Ce qui leur donne un volume total de…

V = 3,14 X (7,5)² X 8 = 1413 cm3 (ou 1,413L). Ce qui nous fait un volume de boîte global proche de 1,5 litre. Si on la remplissait de plomb à ras bord cela nous donnerait une gueuse de… 1,413 X 11,35 = 16 kg de plomb.

Pour ma part j’en ai mis seulement une hauteur de 6 cm à l’intérieur et me donnait une gueuse de 9,5 kg environ. Ce qui est déjà bien lourd à manipuler quand il s’agit de positionner ces poids sur la ligne de mouillage. J’en avais deux identiques que je pouvais utiliser en fonction des besoins. Leur efficacité à maintenir le mouillage bien enfoui lors de mauvais temps a toujours été particulièrement remarquable.

 

 

 

Procédure de fusion…

 

     On peut procéder sur gaz, plaque électrique ou feu de camp vif si on veut faire économique.

Il suffit de mettre la boîte sur le feu puis de mettre dedans les morceaux de plomb préalablement coupés en petits éléments. Prévoir que la boîte, une fois pleine va peser près de 10 kg et le plomb fondu coulera comme de l’eau. Donc bien prendre ses précautions quant à la stabilité de l’ensemble (foyer – support – boîte).

Plus les morceaux seront petits et plus rapide sera la fusion. Cela aura aussi le mérite de pouvoir doser l’avancement du bain et de le stopper aisément, une fois la hauteur souhaitée atteinte. Il faudra préparer une ou deux pinces-étau pour manipuler la boîte, des gants en cuir seront souhaitables. Une vielle cuillère servira à ôter les parties indésirables du plomb en fusion qui flotteront en surface (sertissage en acier, résidus d’oxyde*, impuretés, etc…).

Enfin, il faudra préparer un petit bâton de bois dur (rond) de 10 ou 12 mm de diamètre. D’une longueur de 20 cm au moins, celui-ci sera plongé dans le bain de plomb près du bord de la boîte (à 10 ou 15 mm du bord) et ceci jusqu’à toucher le fond de la boîte. Opération à effectuer une fois tout le bain fondu et la boîte sortie du feu. Il faudra donc préparer également un moyen de le tenir fixement pour qu’il garde bien sa position durant toute la période de refroidissement du bain. Ce futur « passage » servira à fixer la gueuse car il n’est pas aisé du tout de percer du plomb, même avec de bons forêts (bourrage et casse probable).

Ne vous inquiétez pas s’il prend feu dès sa plongée dans le plomb en fusion, c’est normal (il suffit de l’éteindre). Mais, une fois en place et assuré (par une pince, ou autre fil de fer…), il ne faudra plus le bouger.

Il sera nécessaire d’attendre toute une nuit (au minimum) pour que le plomb se refroidisse et pouvoir démouler la gueuse. En général, celle-ci sera plus ou moins soudée à la boîte et il sera nécessaire de la déchirer par morceaux pour l’ôter. Procéder prudemment car les morceaux de tôle déchirée seront très coupants. Ensuite on arrache le petit bâton de bois dont il restera une bonne partie dans le plomb. Cette partie calcinée sera facile à percer pour obtenir un trou servant à fixer la poulie de manoeuvre.

 

 

    

*Oxyde de plomb : se rappeler que cet oxyde est un poison virulent. Donc bien se protéger lors des manipulations et se laver les mains correctement une fois le travail terminé.

 

 

 

 

Qu’on se le dise …et bon vent !

 

 

 

 

Trucs & Astuces précédent…

 

Trucs & Astuces suivant…

 

 Retour à liste des Tr & As2...

 

 

 

 

 

 



28/06/2015
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 153 autres membres