Le Trésor Des Kerguelen

Le Trésor Des Kerguelen

285 Les Portes de la rencontre - Jeux d’enfants 3…

Trucs & Astuces précédent…

Trucs & Astuces suivant…

 

 

 

 

 

285 Les Portes de la rencontre - Jeux d’enfants 3…

 

 

 

Pour faire suite aux autres articles de cette série…ici...

091 Les portes de la Rencontre – Jeux d'enfants1

185 Les portes de la Rencontre – Jeux d'enfants2

 

Une autre petite série de jeux pouvant facilement être créés et réalisés par des enfants, pour ces enfants...

Toujours effectués dans la même optique, ils pourront servir à initier un contact spontané via les enfants sur des rencontres, lors de votre arrivée en territoire inconnu… Dans tous les pays du monde, c'est identique : ce sont les enfants qui viennent à nous immédiatement... Il faut donc apprendre à saisir cette chance de ce premier contact, initié par eux.

 

 

Jeu de palets (Bretons)...

 

 

     Ce jeu nécessite peu de choses et on le trouve un peu partout dans le monde sous des tas de variantes, mais toujours sous un même principe de jeu que voici... Il consiste à jeter un petit palet dans un cercle (ou un carré) dessiné ou matérialisé au sol. Chaque palet tombant dans le cercle vaut 1 point et bien sûr, les palets tombant à l'extérieur sont comptés nuls. On peut améliorer le jeu également en y faisant une cible (en bois ou tracée au sol) marquée de cercles de points. Plus on est près du centre plus les points sont importants... Ce jeu a fort probablement été inventé par des marins qui pouvaient rapidement s'ennuyer à bord quand ils étaient encalminés dans les horses latitudes (ils y restaient parfois des mois entiers...). On a retrouvé en effet des palets fabriqués à partir de feuillard de cuivre, d'étain ou de plomb ayant deux pouces de diamètres environs. Et ces matériaux étaient toujours présents à bord des galions sous formes de feuilles (pour d'éventuelles réparations sur les carènes des bateaux, abîmées par les tarets ou sur des écueils).

     Ce sont ces palets qui ont d'ailleurs donnés la forme des fameux gâteaux bretons du même nom. En effet, les palets retrouvés dans des bateaux avaient une forme bien particulière (creusé en voûte)... Le ruban constituant le palet était enroulé en spirale depuis son centre mais était ensuite déformé (volontairement je suppose) légèrement en forme de chapeau chinois arrondi (autrement dit, en calotte sphérique). Ceci fort probablement pour une meilleure stabilité lors du jet sur le pont en bois du bateau (qui avait tendance à faire rebondir tout objet tombé au sol). Ces ponts de galions en plus, par construction, avaient toujours de la tonture. Donc les palets, ainsi déformés, ne glissaient pas sur ces ponts "arrondis". Avec cette forme particulièrement bien adaptée sur les bateaux, le palet était amorti, ne glissait pas et restait donc bien en place au touché. Le jeu devenait possible.

     Partout dans le monde on trouve de vieilles batteries de véhicules, il serait donc aisé de trouver du plomb pour fabriquer des petits palets de ce type. Ensuite il suffira de faire un cadre en bois ou en fer à béton pour délimiter un « cercle de jeu » (vieille jante de vélo). Mais on pourrait tout aussi bien trouver des galets de pierre ou des rondelles de bois coupées dans une branche ! Rondelles qui feront office de palets et on peut se contenter de tracer sur le sol un cercle de jeu... Voici donc encore un petit jeu facile à préparer et à apprendre aux enfants. Par eux, grâce à leur contact et à la fédération dans ces jeux, il sera toujours plus aisé d'entre en relation avec les habitants, leurs parents, leurs amis, natifs des lieux. C'est un super bon moyen de gagner leur confiance.

 

 

Le diabolo...

 

     Voici encore un jeu facile à réaliser pour des enfants et par les enfants. Si vous avez une réserve de balles de tennis, vous en prenez une, la coupez en deux parties égales et vous fixez ces deux parties dos à dos par un petit boulons. Entre ces deux demies-sphères, il faut cependant intercaler une petite entretoise de 2 ou 3 mm d'épaisseur qui servira de « gorge » au diabolo réalisé. Restera à trouver deux baguettes de bois dur et y mettre une ficelle entre les deux (1 m suffit). Vous avez là un ustensile propice à la danse et au lancer du diabolo. Le fait de faire construire ce diabolo par les enfants eux-même sera encore plus valorisant pour eux.

 

 

 

L'origami ou encore le Kirigami (appelé aussi Canivet)...

 

     Ce sont les arts du pliage ou du découpage du papier afin de réaliser des figures, des personnages, des guirlandes ou des animaux en tout genre. Cela nécessite d'avoir de bons ciseaux et du papier aussi. Mais si vous pouvez disposer aisément de ces ingrédients, vous pouvez faire un petit atelier de ces arts asiatiques, vieux comme le monde. Il faudra néanmoins avoir soi-même une petite formation à ces activités artistiques qui seront sans doute plus appréciées par les filles...

Toutefois...

Dans le style de pliage de papier, le plus connu pour les garçons au moins, c'est le fameux avion en papier. En moins de deux minutes, il sera fabriqué et on pourra de suite le faire voler. Restera à organiser un concours de distance de vol en plané...

 

 

 

Parcours en échasses...

 

     Les fabriquer avec les enfants dans un premier temps puis organiser une course (avec obstacles éventuels) dans un second... On prend deux branches fines mais solides et droites (1,50 m environs - bambou : super ) et on fixe une cale à 20 ou 25 cm du bas, pas plus (bambou vraiment bien car on place la cale à cheval sur un noeud qui la tiendra parfaitement en place). Cette cale doit être assez large et épaisse (de forme triangulaire) pour y poser le pied sans se faire mal ni se fatiguer outre mesure. Penser qu'en pays tropical, les enfants sont toujours pieds nus ! Pour la fixer, on fait deux trous dedans pour y passer un lien sur la canne (ficelle, fil de fer, collier Colson si vous avez çà, autre...).

Reste plus qu'à définir un petit parcours et le jeu commence. On peut faire des catégories en fonction de l'âge des enfants et agrémenter le parcours d'obstacles comme un tronc de cocotier tombé au sol à passer, etc...

Celui qui tombe (qui met le pied à terre...) lors du parcours, doit repartir au point de départ et recommencer. Ce jeu à toujours beaucoup de succès et fait rire énormément les enfants car il faut commencer par apprendre à tenir dessus... Ce qui n'est gagné d'office.

 

 

 

Jet de l'Anneau de paille...

 

     Ce jeu peut se pratiquer partout, à la campagne comme sur la plage ou même en ville... Il consiste à disposer d'un "anneau volant" que l'on doit jeter en le faisant virevolter jusqu'à l'enfiler sur un piquet planté ou tenu par terre.

Pour trouver un anneau, rien de plus facile... On peut le découper dans n'importe quel matériau tendre (genre mousse de Polyuréthane ou autre matière proche, même carton...). Une simple couronne découpée suffit en fait. Mais on peut aussi confectionner un véritable tore à partir de paille, de foin, de toute matière ligneuse naturelle (herbes sèches, raphia, bourre de coco, fibre de cactée ou autre sisal...). Il suffit de bien le saucissonner à l'aide d'un petit lien fin pour que l'ensemble de l'anneau une fois préparé, fasse aux environs de 20 à 25 cm de diamètre. Pour une bonne tenue en mains celui-ci devra avoir une section d'environ 1 à 1,5 pouces (de 3 à 4 cm mais pas plus.). Le jeu consiste donc à lancer l'anneau chacun son tour pour venir coiffer le piquet. Celui qui rate le piquet est éliminé de l'équipe des concurrents. Tous ceux ayant réussit, continuent. A la fin, par élimination, il n'en restera donc un seul. Ne pas se mettre trop loin du pieu sinon, il sera difficile de réussir le jet. Le vainqueur est celui qui réussit à tenir le plus longtemps possible au coiffage du piquet ! On peut corser facilement ce jeu avec du handicap comme les yeux bandés par exemple ou faire un jet avec sa main gauche, en passant par l'arrière du corps, etc... De nombreuses variantes peuvent être essayées...

 

 

 

Le téléphone magique...

 

     Il s'agit d'abord de fabriquer le téléphone.

Pour cela il faut deux boîtes de conserve genre 4/4 ordinaire et une bonne longueur de fil de pêche assez gros (entre 30 et 50/100ième, plus même si vous avez...). Il faut que les boîtes soient entières avec le couvercle seulement d'enlevé. Vous percez le fond restant au milieu d'un petit trou pour y passer le fil de Nylon et voilà, votre téléphone est presque fini. Pour qu'il puisse fonctionner, il suffit de faire un noeud sur le fil côté intérieur à la boîte et de tendre le tout à l'horizontal. Si vous parlez dans la première boîte, même à voix basse, eh bien en collant l'oreille dans l'autre (celle de votre "correspondant" finalement), vous verrez que l'on entend très bien la conversation ! La transmission se fait parfaitement d'une boîte à l'autre par l'intermédiaire du fil. Il faut cependant que tout le système reste bien tendu, sinon les vibrations seront amorties et ne pourront pas être restituées à l'autre bout. Cette expérience est assez impressionnante quand le fil est très long. Cela plaît toujours aux enfants et fait partie de la physique amusante.

 

 

 

L'attrape noix...

 

     Il s'agit d'un très vieux jeu médiéval. Il consiste à faire glisser un objet (au moyen âge c'était une noix) dans un long tube disposé en pente et la personne doit le saisir à pleine main au moment où il sort du tube. C'est un jeu d'adresse très amusant mais très énervant aussi car on croit à chaque fois qu'on va pouvoir l'attraper et bien souvent : que nenni ! On peut utiliser une balle mais plus l'objet ira vite et plus il sera difficile à capturer. Il vaut donc mieux utiliser des choses rondes usuelles, en tissu ou en matière souple. Pour le tube, l'idéal est un morceau de tube PVC ou une vieille gouttière (entre 1,5 et 3m de long). En tous cas, il faut que le tube soit rigide et opaque pour ne pas voir l'objet glisser dedans. On le pose à 45° environs d'inclinaison sur une chaise ou un pieu pour avoir accès à sa sortie. On peut le suspendre aussi facilement sous une branche d'arbre. Le manager lâche alors l'objet en haut et chacun leur tour, les joueurs essaient de le saisir en sortie. Les gagnants s'affrontent dans un second tour puis un suivant jusqu'au dernier qui lui, pourra gagner un "lot" éventuellement.

     De nombreuses variantes en fait ont existé de ce jeu au cours de l'histoire. Par exemple, le jeu peut se faire avec une petite boule très dure (genre balle de golfe, cochonnet en bois ou autre...) et la saisie de la balle au sortir du tube doit alors se faire après le rebond de celle-ci. Le bout du tube étant posé proche d'un dessus de table et son inclinaison variable entre les essais, ce qui rend plus aléatoire encore sa saisie ! Ce jeu d'adresse, simple à mettre en oeuvre, sera toujours à succès lui aussi.

.

 

 

Le coup de Billon simple ou à pendule...

 

     Le jeu de Billon consiste à jeter une quille de bois (billon) sur d'autres quilles identiques posées elles, debout au sol, les unes à côté des autres. Il s'agit donc d'en faire tomber le plus possible. Pour faire des quilles : des tronçons de branches droites de 40 à 50 cm sont suffisants (2 "sections" de gros bambou, c'est super aussi).

On peut améliorer le jeu de façon très spectaculaire en y adjoignant un pendule. Au lieu de jeter le billon sur les autres quilles, eh bien cette fois, la quille à jeter sera attachée par son milieu au bout d'une corde pour en faire un pendule. Elle fera alors office de bélier pour faire tomber les quilles. Si vous disposez d'un arbre ou d'un point d'attache quelconque en hauteur, vous pourrez mettre en place ce pendule et donc y jouer de cette manière.

Pour ces jeux de lancer relativement imposant, toujours assurer un périmètre de sécurité "inviolable" (par délimitations et règles strictes de déplacement durant le jeu).

 

 

 

La boule à rouler dans le seau...

 

     Ce jeu est encore une attraction médiévale ancienne. Il nécessite dextérité et concentration.

Il consiste à faire rouler une balle (ou boule quelconque) entre deux bâtons que l'on tient à la main devant soi et qui n'ont aucune liaison entre eux ! Il faut que ces bâtons aient près d'1 m de longueur. Au sol, au bout, il faut disposer un seau (ou récipient quelconque...) dans lequel on doit faire tomber la boule après l'avoir fait rouler entre les deux bâtons. Ceci jusqu'au bout afin de la faire effectivement tomber dans le seau. Toute chute préalable oblige à recommencer depuis le début. Ce jeu paraît simple mais en vérité pas tellement. Car il n'est pas aisé du tout de synchroniser parfaitement ses deux mains pour tenir les deux supports bien droits et bien parallèles, tout en faisant rouler la boule dessus ! On peut facilement faire ce jeu avec une balle de tennis par exemple (ou boule en bois /plastique genre pétanque de plage) et des tubes ou bâtons "de notre quotidien" (tasseau, manche à balais, etc...). Pour ce faire, il vaudra mieux utiliser des bâtons ronds, cela augmentera un peu plus la difficulté de maintient de la boule durant le roulage...

 

 

 

Le jeu des osselets...

 

     Cela me rappelle mon enfance car on y jouait souvent. A l'époque, on avait tous ce jeu en poche constitué de quatre osselets (à l'origine, os de pieds de moutons - un rouge et 3 blancs). Ce jeu consiste à lancer un osselet en l'air (le rouge, servant de maître) et durant ce temps, car il faut aussi le rattraper avant qu'il ne retombe sur la table, essayer de récupérer les 3 autres osselets (avec la même main que celle du lancer, bien sûr) restés eux sur la table et jetés en vrac auparavant. La règle gagnante consiste donc à récupérer les 3 osselets sur la table en le moins de coup possible. On peut dans un premier jet, si les 3 osselets sont trop loin les uns des autres, les rapprocher entre eux. Après çà, on tente de les attraper au second coup mais là, çà fait déjà 2 coups de joués ! Il n'est pas facile du tout de gagner ce jeu en un seul coup. Bien sûr si on ne rattrape pas l'osselet maître, le coup est à refaire en remettant les 3 osselets sur la table à leur place initiale.

Faute d'osselets on pourrait prendre des petits galets de pierre ou même d'autres petits objets facile à prendre en mains (petits morceaux de bois, bouchons ou capsules de bouteilles, etc...).

Ce jeu est simple, facile à mettre en oeuvre et peut se jouer n'importe où, même sur le sol.

 

 

 

Le parcours, entravés...

 

     Il s'agit d'effectuer un petit parcours à pieds, avec obstacles éventuels, mais entravés deux par deux. On attache le pied gauche de l'un avec le pied droite de l'autre (l'un contre l'autre) et on constitue des équipes. On doit donc ainsi se déplacer en synchronisant sa marche ou sa course avec son prisonnier ! Le jeu est beaucoup plus attrayant si trois personnes sont entravées ensemble. A deux ce jeu manque de difficulté car il est aisé de courir en couple, accolé, même entravé par un pied. Dès qu'un troisième larron est attaché en plus, là les choses se compliquent sérieusement et le jeu prend alors toute sa difficulté et son comique. Celui du milieu est alors entravé "des deux côtés" d'où la difficulté de synchronisation du trio !

 

 

 

Le parcours guidé en aveugle...

 

     Ce jeu de plein air s'effectue par équipe de deux et le nombre d'équipes n'est pas limité. On constitue donc dans un premier temps les équipes. Ensuite on dispose sur un terrain bien dégagé (plage ou terrain de foot = idéal) un poteau sur lequel on pose un objet quelconque, (ou accroché à une branche - genre baudruche ou ballon). Ensuite, dans chaque équipe, il faut bander les yeux (à l'aide d'un foulard) de celui qui ira chercher le ballon téléguidé uniquement par la voix de son partenaire : son guide. Toutes les équipes démarrent au même moment depuis une ligne de départ située au moins à 25 ou 30 m du poteau (plus loin encore si la place le permet). Le gagnant (l'équipe gagnante en fait), bien sûr est celui qui arrive au but le premier et qui rapporte la baudruche.

 

 

 

Le bilboquet façon simple...

 

     Tout le monde connaît le jeu du bilboquet qui a été mis à la mode en France lointaine, par Henri III (1574)... Il existe de nombreuses variantes de ce jeu partout dans le monde. Pour en faire un de façon simplifiée, il suffit de trouver un petit manche en bois, aiguisé en pointe grossière, sur lequel on accroche une ficelle qui elle, retient un anneau (une cordelette de 50 à 60cm suffit). Il faut alors projeter l'anneau en l'air et le faire retomber enfilé sur ce manche. Le véritable bilboquet lui est constitué d'une boule percée qu'il faudrait pouvoir enfiler sur le manche également "aiguisé en pointe". Le tout, après une projection en l'air savamment calculée et bien dosée. Là, pour un véritable Bilboquet, les difficultés seront nettement plus grandes !

Mais avec un bilboquet ainsi simplifié, on pourra très facilement faire fabriquer ce jeu par et pour les enfants.

 

 

 

Le cerf-volant acrobatique...

 

     J'ai vu des enfants jouer avec des cerf-volants absolument partout dans le monde et ceci même dans les villages les plus isolées de la planète. C'est dire si ce jeu est connu de partout. Maintenant, il est vrai aussi que ces cerf-volants "ordinaires" que l'on voit partout sont plutôt du genre statiques. C'est-à dire qu'une fois lancés et établis en l'air dans le lit du vent, ils n'en bougent pratiquement plus. Ceci restera vrai tant qu'il y aura du vent pour les maintenir en l'air. Bien.

Alors quoi faire de mieux, ...de plus, ...de vraiment nouveau et intéressant pour les enfants...?

Eh bien transformer un cerf-volant (CV) statique "ordinaire" en cerf-volant acrobatique (CVA). Là, c'est vraiment autre chose et celui-ci donnera vite dans le grand spectacle !

Alors comment procéder...?

On pourrait prendre un CV déjà fait par les enfants mais en général, ceux-ci sont petits et pas spécialement bien ajustés d'un point de vue symétrie aérodynamique. Il faudra donc commencer par fabriquer un CV plus grand et bien construit afin de pouvoir agir justement sur sa "symétrie de vol". Toute la finesse d'un CVA sera là. En plus il faudra lui mettre 2 lignes de commande afin de pouvoir agir sur ses deux ailes séparément. Il faudra aussi lui donner une envergure assez grande (et si possible des couleurs chatoyantes) pour qu'il se voit bien en vol. L'effet sera d'autant plus spectaculaire !

En premier il faudra donc commencer par fabriquer un CVA assez grand et de préférence avec couleurs vives. Ensuite, au lieu de lui mettre une ligne unique de commande au centre de la voilure, il faudra lui en mettre deux. Pour cela, on décale en fait le point de tire de la première commande de 15 ou 20 cm du centre de gravité du CV et on en place une autre, identique (et de façon symétrique), de l'autre côté sur la voilure. Il faudra donc installer aussi 2 lignes de descente jusqu'au sol et deux poignées.

Ainsi vous envoyez le CVA* en l'air comme pour un CV normal et une fois stabilisé dans le vent, vous séparez les 2 lignes de commande, vous en prenez une dans chaque main. Là, si vous tirez plus sur l'une que sur l'autre, le CVA va se mettre à faire un looping. Et plus la différence de tirage sera grande entre les 2 lignes, plus le looping sera réduit et rapide. Il faut donc y aller doucement pour débuter sinon, c'est la cata assurée ! Il faudra penser aussi à défaire les enroulements des 2 lignes de commande après plusieurs looping. Pour cela il suffira de refaire des looping à l'envers cette fois. sinon, il arrive un moment où vous ne saurez plus ce qu'il faut faire pour revenir à l'état initial et enlever l'embrouillamini !

* On peut aussi le lancer avec les 2 lignes séparées posées déjà au sol. Dans ce cas, il faudra avoir l'aide d'un équipier qui lui, le lancera à la main en l'air depuis le sol, pour un décollage à la verticale. Cette méthode nécessitera impérativement d'être deux mais elle est très pratique par vent fort.

 

     Un CVA nécessite un apprentissage plus rigoureux et sera plus difficile à maîtriser en vol qu'un CV normal, classique, certes, mais alors quelle différence de résultats ! On peut encore peaufiner cet exercice en réalisant plusieurs CVA et créer une équipe pour faire des vols en patrouille. L'effet produit est magnifique et demande des heures de pratique mais nécessite peu de choses au final pour ce faire sinon de la patience et un peu de matériel. (Là, vous passerez illico pour un aviateur de haute voltige !).

 

PS : Pour mettre en oeuvre ce genre de jeux, il faudra donc avoir une bonne réserve de fil de pêche (en bobines) et du tissus fin (genre toile à Spi) mais là, tout navigateur doit avoir çà en réserve dans son bateau, n'est-ce pas...?

 

 

Qu’on se le dise …et bon vent !

 

 

Trucs & Astuces précédent…

Trucs & Astuces suivant…

 

 Retour à liste des Tr & As2...

 

 



02/07/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres