Le Trésor Des Kerguelen

Le Trésor Des Kerguelen

290 Mille et quatorze conseils de vie à bord...

Trucs & Astuces précédent…

Trucs & Astuces suivant…

 

 

 

 

290 Mille et quatorze conseils de vie à bord...

 

 

 

 

Briquets et pierres à briquets...

 

     Quand on trouve un vieux briquet sur une plage, il est bien rare qu'il fonctionne encore. Je me suis penché sur ces briquets car, ils sont légions sur les grèves de nos bords de mer... Cela m'a toujours étonné !

Souvent, il reste encore du gaz à l'intérieur. Donc celui qui l'a jeté, ne l'a pas fait par manque de gaz...

Je me suis donc mis dans la tête de comprendre le pourquoi de cette bizarrerie (au passage tous ceux qui jettent des choses à la mer sont des imbéciles !).

On est chercheur d'absolu ou pas, hein...?

Eh bien très souvent c'est la pierre qui est coincée dans son petit tube réserve et qui ne peut donc plus créer l'allumage.

La roulette tourne bien généralement mais la pierre n'étant plus pressée contre elle, il ne peut plus y avoir de contact donc d'étincelles à jaillir en le pressant. Voilà la panne, elle est là...

Conclusion, si on démonte la roulette et que l'on sorte la pierre (petit cylindre d'amalgame fer-cérium de 5 à 6 mm de long pour moins de 2mm de diamètre), il suffira de tout nettoyer (sel ou poussières) et de remonter l'ensemble pour avoir un briquet opérationnel.

Voici donc un bon moyen de trouver un système d'allumage en survie : un vieux briquet même en panne, il suffira de peu pour le remettre en état en s'en servir. Si c'est un piezo que vous trouvez, là, ce sera le top, car un piezo vous donnera toujours une étincelle (si ce n'était pas le cas, il suffirait de nettoyer les contacts des électrodes, tout simplement).

 

 

Câbles d'antenne Radar et démontage...

 

     Quand on démonte le Radar d'un bateau, il ne faut surtout pas couper le câble d'antenne en pensant le rafistoler ensuite avec quelques dominos et un peu de scotch ! En effet, les circuits électroniques d'un radar (production d'ondes THF), sont particulièrement sensibles et capricieuses aux moindres perturbations (impédance et capacitance des liaisons filaires très précises et importantes). Alors bien sûr si vous rafistolez votre câble allant à l'antenne, ne soyez pas étonné que après çà, votre radar ne devienne curieusement "folklorique"...

Pour ce faire donc il suffit de débrancher ce câble dans le boîtier antenne (un bornier spécifique est agencé-là pour çà !) et là, ensuite il suffira le tirer en le repassant à l'envers jusqu'au display. Opération inverse pour le remettre en place. Ce n'est pas sorcier mais indispensable de procéder ainsi.

 

 

Chenaux pluviaux à pas cher...

 

     La moindre cabane de jardin désormais est garnie de chenaux pour récolter l'eau de pluie vers un réservoir. C'est une bonne idée mais ce genre d'installation coûte cher, très cher même, eu égard de ce que c'est vraiment ! Alors voilà mon astuce du jour... Sur mon terrain en Bretagne, j'ai trouvé une soluce simple et peu coûteuse pour ce faire... Au lieu d'acheter tout le petit matériel nécessaire à une installation de chenaux classique », j'ai tout simplement pris du tuyau PVC (D60 mm) et je l'ai fendu sur toute la longueur pour le coincer «à force » sur les tôles du toit (en enlevant toutefois un ruban de matière de 20 mm de large (environ) sur toute la longueur du tube si les tôles sont en petites ondulations – si grandes : faire une saignée plus large !). Ensuite il suffit d'un raccord si plusieurs morceaux, puis un T et d'un bout de tuyau identique pour descendre vers un réservoir. On peut assurer la tenue du tuyau en bordure des tôles par un petit fil de fer pris dans une ondulation haute (un petit trou suffit pour y passer le fil). Ce système compacte et léger, fonctionne très bien et m'a coûté 10 fois moins cher qu'une « installation classique ».

 

 

Clé à choc de secours...

 

     Quand on se retrouve face à un boulon, un goujon (ou tout autre chose) de grippé (bougies, injecteurs.../...), comment faire pour en venir à bout... ? Eh bien, il y a le dégripoil en premier puis le contraste chaud – froid en second (on chauffe une partie et on refroidit l'autre partie avec du spay ou de l'eau glacée...). Restera ensuite une dernière soluce qui consistera à se fabriquer une clé à choc maison... C'est en quelque sorte la clé à ultrason du pauvre... Vous mettez en tension une clé normal sur l'écrou bloqué (la chose à dévisser donc...) et la maintenez en pression à dévisser (tension faites avec maintien par des sandows par ex...). Ensuite vous prenez une perceuse à percussion dans laquelle vous mettez un jonc en acier monté bien en appui au fond du mandrin et bien serré. Là, il ne reste plus qu'à se positionner sur le côté de la douille (clé) et vous percutez. En changeant de position tout autour si possible, il sera bien étonnant que ces vibrations intenses ne viennent pas à bout du boulon récalcitrant. A deux, ce système sera plus efficace encore car tension et pression maintenue, plus forte et plus efficace.

 

 

Cosses pour gros câbles électriques...

 

     On a besoin parfois de grosses cosses pour faire des branchements électriques à bord et si on n'en a pas sous la main, eh bien voici un moyen simple pour en fabriquer soi-même à peu de frais... Vous prenez un petit bout de tuyau de cuivre (genre sanitaire – existe jusqu'à D28 mm – il est toujours utile d'en avoir de ces chutes à bord et de tout diamètre !), et vous aplatissez l'un des bouts. Cependant, avant de ce faire, il faudra mettre un jonc (ou tout autre ustensile dur – queue de forêt par ex...) dans l'autre extrémité pour que tout le tube ne s'aplatisse pas complètement. On peut aussi le fendre (trait de scie) sur la longueur pour réduire sa largeur par pliage... Ensuite reste à percer le trou de fixation classique sur ces cosses (6,8 ou 10mm). Enfin, vous passez cette « cosse » un peu à l'acide avant de la garnir entièrement de soudure à l'étain. Ce bain d'étain l'empêchera de sulfater et donc de créer de l'oxydation (source de mauvais contact).

Si le tube est un peu trop gros pour le câble à y souder, vous pouvez le scier un poil (2 traits proches, dans le sens longitudinal) et le resserrer ensuite à la pince-étau.

NB : Dans ce genre de montage, il faut toujours souder ces cosses à cause des fortes intensité qui y passent généralement (sinon mauvais contact et création d'un point chaud).

 

 

Cyberattaque sur la toile en mai 2017…

 

     Tout le monde a entendu parler de cette cyberattaque ce mois-ci (mai 2017) sur Internet, cela dans le monde entier et en quelques heures... Et tous les médias, en bons complices des lobbying de ce milieu, répètent bêtement ce qu'ils entendent enfin, ce que l'on veut bien faire transpirer de politiquement correct. Ces attaques viennent des Russes ou encore de la Corée du Nord, disent-ils tous en cœurs... pauvres imbéciles... Quelle idiotie de croire à pareilles menteries...!

 

Pour ma part, ces âneries me fond bondir car chacun devrait se poser la seule bonne question intelligente qui soit, concernant ces attaques... serait :

A qui profitera réellement cette cyberattaque avec Wannacry... ?

 

     Eh bien la réponse est, on ne peut plus simple et évidente : Microsoft et toute sa bande de partenaires cupides (Google, Yahoo, Facebook and Co...). Tous ces géants du Net sont de la même famille et travaillent ensemble pour se partager le gâteau monumental du monde de la publicité numérique. Beaucoup plus efficace que la bombe atomique ou même les armes chimiques, avec une cyber-attack, aujourd'hui il est possible de paralyser le monde entier en moins de 2 heures ! Et qui est capable de faire cela sinon ceux-là même qui fabriquent et distribuent ces OS à qui mieux mieux !

Je n'imagine pas un instant (en étant informaticien à l'origine...) que cela puisse être un petit escroc de pacotille (fut-il ruscov, coréen ou frenchie...) qui s'amuserait à infecter les réseaux mondiaux du Net pour récupérer quelques Bitcoins ! Ce hacker, s'il existait vraiment, pourrait bien récupérer quelques milliers de dollars, certes, mais avec d'énormes risques, eu égards de l'ampleur donc de la riposte à l'attaque !!!!! Tandis que Billy The Kid, lui, va ramasser des milliards de dollars « légalement » en fustigeant tous les retardataires travaillant encore sous un "Win ancien" et à passer illico sur son dernier OS, Win10...

Voilà la vérité, toute crue !

 

Depuis quelques années déjà, les gens dans mon entourage (et moi-même) en avons tellement marre de ces OS qui nous espionnent (Windows) et nous brident de partout pour garder le contrôle sur nous autres utilisateurs que nous passons tous, les uns après les autres sous Linux. Ce magnifique OS est fait par la communauté des internautes et en libre-service, sans aucune contrainte de quoi que ce soit ! Vive le logiciel libre et à bas ces super-dominants comme Microsoft qui font tout pour nous contraindre à passer par eux et au prix fort, pour se servir d'un ordinateur ! Quand on achète un ordi neuf, 15 à 20% de son prix d'achat part directement dans la poche de Billy pour son OS « pré-installé d'office » sur la machine. Il est honteux de voir que dans les supermarchés de l'informatique en 2017, il ne soit pas possible de choisir son Opérating System (OS) qui va gérer un ordinateur que l'on achète neuf ! Il n'y aucune concurrence dans ce domaine. Pire : Microsoft a imposé sa loi aux fabricants d'ordis et personne n'ose le contredire à part la communauté internet du FreeWare qui se bat pour conserver notre liberté, en dehors de toute contrainte commerciale.

 

 

     Alors ne soyez pas naïfs, ne cherchez pas à débusquer un petit hacker caché derrière son écran tout noir, genre ado paumé avec une tête de mort sur le teeshirt dans le fond de son studio... Non, cherchez au grand jour, les milliardaires outre atlantique qui peinent à conserver le monopole de la vente de micro en plaçant de force, leurs derniers OS piégés. Ce système est bien rodé, complètement pourri par la cupidité, fait pour nous gruger encore davantage et empocher des milliards de $ encore et toujours sur notre dos !

 

C'était le coup de gueule du jour, ne nous laissons pas berner.

Qu’on se le dise …et bon LINUX, le logiciel Libre et Gratuit !

 

 

Diamètres à mesurer...

 

     Si un jour, vous avez à mesurer un tube quelconque et que vous n'avez rien devers vous pour le faire voici une astuce permettant de connaître avec une bonne précision (relative) son diamètre extérieur. Vous fermez un œil puis avec l'autre vous visez le tube en y collant derrière une règle graduée,(un mètre ou autre millimétré...), vous relevez ce « diamètre apparent » puis vous recommencez la même mesure mais en le collant devant cette fois. Vous relevez à nouveau la mesure de « diamètre apparent » (qui sera inférieure cette fois) avec le plus de précision possible. Après cela vous faites la moyenne des deux et vous avez ainsi une mesure très précise de son diamètre réel par moyenage des 2 mesures. Si vous n'avez rien pour faire cette mesure sur place, vous portez ces distances sur un bout de papier (ou un petit morceau de bois). Vous ferez la mesure exacte, après ! Bien sûr, il faut faire les 2 mesures dans les mêmes conditions de visualisation. Mais c'est un moyen bien pratique de mesurer avec précision un tube quand on n'a pas accès à une extrémité et que l'on à rien sur soi !

Autre astuce qui serait utilisable également...

C'est de faire le tour du tube avec un papier, marquer cette longueur de « périmètre » puis de mesurer ensuite cette distance. Avec la formule...P = 2 π R ou encore = π D. Ce qui signifie que, en divisant la mesure trouvée par 3,14, vous aurez le diamètre précis.

 

 

Fendre un gros rocher...

 

     Sur mon terrain en Bretagne, il y avait plusieurs énormes rochers en granit et je me demandais bien quoi en faire... Comme il y a un petit bassin aussi, je me suis dis que je pourrai les entasser au près pour y faire une « cascade »... Oui mais voilà comment déplacer ou fendre des rochers de plus d'une tonne et demi, en granit ?

Eh bien voici les astuces des anciens qui m'ont servi ici...

A savoir pour fendre le plus gros (près de 2T), j'ai percer quelques trous au forêt à béton long sur la ligne de fracture que je souhaitais, puis fait quelques marques intermédiaires au burin cette fois... Enfin, le jour J, j'ai chauffé à la torche à propane toute cette ligne (de fracture souhaitée) puis d'un coup aussitôt j'ai jeté un seau d'eau glacée que j'avais préparée au frigo pour cela. Il faut viser juste sur cette ligne (en protégeant les abords – planchette de bois) ! Eh bien cet énorme bloc de granit s'est fendu exactement sur la ligne pré-déterminée. Youpie !

 

 

Forêts et repérage de diamètres...

 

     Quand on achète une boîte de forêts, ils sont souvent bien rangés dans un étui calibré et ainsi, il est aisé de prendre le bon diamètre du premier coup d'oeil. Mais avec les années, soit l'étui est cassé ou a été perdu. Au fil du temps, çà évolue rarement dans le bon sens. Généralement les forêts finissent en vrac dans un petit bac et là, il devient difficile de repérer le bon diamètre du premier coup d'oeil, lors des besoins !

Alors, voici une astuce que j'utilise pour les discriminer facilement.

Il suffit de faire sur une petite règle de bois (ou sur un carton), petite règle qui servira à mesurer leur longueur. En effet, j'ai remarqué que le diamètre des forêts usuels, ont un ratio bien précis entre leur diamètre et leur longueur. Donc si vous n'avez pas devers vous en permanence un pied à coulisse (ce qui est rare!), eh bien vous portez les longueurs sur votre petite règle et du premier coup d'oeil fonction de cette longueur, vous saurez son diamètre.

Pour les diamètres particuliers de perçage, (avant taraudage comme 3,2, 4,8, 5,6, ou 6,4 mm.../...), ils seront un peu plus délicats à repérer, mais perso, je les mets dans une boîte à part pour les conserver en bon état. On peut donc faire la même chose pour cette catégorie, à elle seule.

La longueur varie suivant les fabricants ou la nature même du forêt (par ex, F au Cobalt pour inox, mèche à pointe pour bois et dérivés, etc...) mais l'ensemble sera toujours proche de la règle pré-établie.

 

Exemple de longueurs standards (forêts acier noir, HSS ordinaire)...

 

1mm

1,5mm

2mm

2,5mm

3mm

3,5mm

4mm

4,5mm

5mm

5,5mm

6mm

6,5mm

34mm

45mm

49mm

53mm

63mm

70mm

77mm

82mm

88mm

92mm

95mm

98mm

Première ligne : diamètre

Seconde ligne : longueur standard habituelle.

C'est à chacun de faire la sienne, mais quel gain de temps !

 

 

Groupe électrogène s'arrête tout seul...

 

     Les groupes électrogènes font partie de notre vie désormais... que ce soit en bateau, en camping ou ailleurs dans le domaine des loisirs, nous en avons souvent un près de nous.

Mais comme toute mécanique, ils nous amènent parfois des ennuis, c'est bien normal !

Alors voici deux « pannes classiques sur ces groupes électrogènes (GE)...

 

  1. Le GE s'arrête de lui-même au bout de quelques secondes seulement (- de 10). Je passe sous silence le fait qu'il y a de l'essence et que la bougie soit en état... Eh bien il faudra vérifier de suite le niveau d'huile du carter moteur car presque tous les GE d'aujourd'hui possèdent une sonde de contrôle de niveau d'huile. Donc si le niveau est bas, mécaniquement il va démarrer mais aussitôt le calculateur va l'arrêter pour le protéger du manque d'huile. Il suffit donc de compléter et la panne sera palliée.

  2. Le GE s'arrête encore mais au bout de plus de temps qui varie de 1/2 à 2 minutes... Cette fois c'est au niveau du carbu qu'il faudra nettoyer. En effet, les GE possèdent bien un starter mais ce levier sur le carbu est en fait, un filtre anti-colmatage et non un véritable « starter ». Donc il faudra commencer par purger tout le circuit essence depuis le réservoir jusqu'au carbu. En dernier ressort changer de bougie si le GE ne fonctionne toujours pas « normalement » après cette purge de l'anti-colmatage.

 

 

Madrier de fortune...

 

     Si un jour vous avez besoin d'un bon madrier (calage du bateau en carénage isolé ou autre...) et que vous n'en avez pas sous la main... vous pouvez en fabriquer un de fortune. Voici comment...

Si vous avez des planches devers vous (même petites), il suffira de les empilées et de les fixer entre elles. Si elles ne sont pas assez longues, vous faites un montage en quinconce pour raccorder et rallonger... Cela sous-entend que vous disposez de quoi les fixer entre elles (vis, pointes...). En dernier ressort, faute de pointes ou de vis, il serait possible de saucissonner le montage avec un cordage en ayant pris soin de bien le tremper dans l'eau avant de le monter. En séchant, un cordage permet de parfaitement tendre ou de resserrer un brêlage. On peut aussi glisser à force un coin en bois sous le cordage pour mettre tout çà en forte tension.

 

 

Moteur électrique qui chauffe...

 

     Si vous utilisez un appareil électrique quelconque (donc avec moteur) et que celui-ci se met à ralentir anormalement, c'est qu'il commence à chauffer ! Et là, il ne va pas falloir continuer ainsi sous peine de le cramer rapidement... En effet, un moteur électrique qui ralenti, c'est simplement que l'effort qu'on lui demande est supérieur à sa puissance nominale. Il va donc ralentir puis chauffer et ralentir encore par abaissement de son coefficient Phi, car il ne tournera plus à sa vitesse optimale. Le système se mord la queue et la température peut monter rapidement en atteignant des sommets (ce qui deviendra plus que dangereux pour ses bobinages). Donc un bon conseil, si votre moteur ralenti, eh bien attendez un peu avant de le solliciter à nouveau. Sinon, il risque bien de vous lâcher rapidement. Plus la puissance de l'appareil sera importante et plus grand sera le risque.

 

 

Moustiquaires et visibilité à travers...

 

     Il est quasi obligatoire d'installer des moustiquaires à son habitation (même quand c'est un bateau...) dès l'instant que l'on se trouve en climat tropical, équatorial ou infecté (comme c'est le cas dans le Grand Nord - toundra...). Mais qui dit moustiquaire dit aussi réduction de visibilité au travers pour bien y voir dehors. Eh bien une astuce simple et parfois méconnue consiste à utiliser du tissus (genre Tule) très foncé (noir) plutôt que très clair (blanc) pour ce faire.

En effet, si vous mettez une couleur claire (du blanc classique) eh bien vu de l'intérieur, le rideau sera très brillant et l'oeil aura tendance à limiter sa réception. A ce moment là, votre vision s'arrête bien plus volontiers sur la moustiquaire plutôt que de percer ce voile et voir au dehors. Si au contraire le tissu est très foncé (noir) l'oeil ne s'arrêtera pas à cette première couche de vision et pénétrera volontiers au travers pour bien focaliser dehors cette fois.

Conclusion, il vaut mieux fabriquer ses moustiquaires en noir plutôt qu'en blanc. Mais curieusement cette couleur est aussi plus difficile à trouver (au moins dans ce genre de tissus).

 

 

Percer du verre...

 

     On croit volontiers cette opération difficile voire impossible sans « casser », eh bien pas du tout, rien n'est plus facile... Mais il faut avant tout se fabriquer un petit outil spécial.

Pour ce faire on prend un forêt à bois (plat avec une petite pointe triangulaire de centrage, très pointu) et on le transforme de cette manière... Il suffira de continuer ce petit triangle de centrage qui est fait sur la pointe et de meuler en le prolongeant vers le haut du reste du forêt. Cela vous donnera un long « V ». Bien sûr, il faudra prendre dès le départ une largeur de forêt adapté au résultat escompté d'avance sinon il y aura trop de meulage à effectuer dedans... La lèvre d'attaque du forêt doit être proche de 80 à 85° (presque perpendiculaire autrement dit à l'axe du forêt). Mais préparé ainsi, il est assez facile de percer du verre. Pour parfaire le trou, sans risquer de faire de petits éclats dans le perçage, on peut arroser en même temps avec un solvant gras genre White Spirit, Pétrole ou gasoil. L'idéal sera de peaufiner également le trou par les deux faces. Ainsi le bord du trou sera affiné, sans arête vive, par ses deux côtés.

 

 

Photocopie et smartphone...

 

     Quand on a besoin d'une copie d'un document et que l'on a pas de photocopieuse sous la main (c'est fréquent !...) eh bien rien de plus facile que de prendre son Smartphone et de prendre le dit docu en photo. Vous paramétrez l'appareil sur sa plus «grande finesse» possible et vous avez de suite votre « copie ». On n'y pense même pas à cette mini photocopieuse portable !

 

 

Remorque et marche arrière...

 

     Quand on a une remorque à son véhicule, généralement on apprend très vite à effectuer une marche arrière avec. Cela paraît normal et tout le monde y arrive plus ou moins vite, plus ou moins bien !

Mais là où les choses deviennent vite un casse-pied c'est quand vous attelez votre remorque derrière un camion. En effet derrière un véhicule utilitaire haut et large, la remorque disparaît complètement et vous ne pouvez donc plus anticiper sur le contre-braquage. Si vous avez un collègue qui vous guide, cela peut s'arranger mais ce sera toujours compliqué de bien faire, même ainsi. Alors comment procéder...?

Eh bien voici une astuce que j'ai trouvée et mis en place sur ma remorque, spécialement pour l'atteler sur mon camion (Master H2L2) et donc pouvoir faire des marches arrières seul, sans problème...

J'ai positionné sur les garde-boues de la remorque deux petits bras (50 cm environs) au bout desquels j'ai fixé une balle de tennis. Ces deux bras* dépassent donc de chaque côté de la remorque pour pouvoir être aperçues en même temps de chaque côté dans les rétros du camion. Ainsi, en marche arrière, dès que je vois qu'une balle s'en va et que l'autre sort (de la même longueur en même temps...), je sais qu'il faut commencer à contrebraquer. Et la manoeuvre fonctionne bien. Une autre aide bien précieuse aussi est d'avoir une boule de conduite fixée sur le volant (comme les tracteurs ou les engins de chantier) et là, les manipulations en seront encore facilitées... Boule dont je dispose aussi sur mon volant. Cela facilite vraiment les manoeuvres de recul avec remorque !

 

*Bras : je les ai faits repliables. Ainsi en utilisation "normale", je les replie et ne dépassent donc pas. Sinon risque de les casser à cause de leur dépassement de la caisse.

 

 

Slack-line et apprentissage...

 

     Comme j'adore tous les sports d'équilibre et d'acrobatie, je me suis installé une slack-line dans mon jardin. C'est très facile à faire. Il suffit de trouver une sangle d'arrimage de camion de 50 mm de large avec son tenseur et le tour est joué. Ces sangles font autour de 7-8 m de long et sont très solides. Vous la fixez entre deux arbres costauds (avec un bout de cordage) à 50 cm du sol et vous voilà prêt(e) à défier la gravité !

Eh bien pour ma part, cela fait plus d'un an que je m'entraîne et je n'arrivais toujours pas à dépasser les 50 secondes de tenue sur cette foutue sangle !!! Il faut qu'elle soit très bien tendue, c'est mieux. Oui mais n'empêche que... c'est un apprentissage long et difficile, on se décourage aisément. Quand je vois cette semaine par exemple qu'un allemand vient de pulvériser le record du monde de longueur parcourue sur ces engins défiant les lois si chères à Newton que j'en suis bluffé (1640 m de long parcourus en plus de 2h – Au dessus du Cirque de Navacelles (34) - sans tomber, off course!).

Alors voilà, je me suis creusé le cigare pour trouver un moyen d'apprentissage plus efficace et surtout plus encourageant... et j'ai trouvé. Il suffit de se trouver un « amortisseur aérodynamique ». Pour ce faire... J'ai pris un très grand éventail et le tour est joué !.

Equipé de ce « frein », quand on est sur la sangle et que l'on se met à pencher vers un côté, un rappel brutal en appuis avec ce frein aérodynamique permet de se rattraper beaucoup plus facilement et de revenir au point central d'équilibre, sans tomber donc. Après cette trouvaille, mes progrès ont été considérables. Ces derniers temps j'ai dépassé les 3 minutes sur la sangle... Mais le plus dans cette trouvaille, c'est surtout le moral qui est revenu car auparavant, je restais des semaines, trop découragé, sans oser remonter sur ma sangle, pensant d'avance que je ne progresserai pas ! Avec ce frein aéro, là les choses ont vraiment évoluées et après un bon entraînement avec frein, j'essaie sans... Et là, je tiens nettement mieux et plus longtemps que par le passé. C'est donc un bon moyen de progresser dans cette discipline oh combien prenante et difficile. Pour plus d'efficacité dans les progrès il est bon de se muscler également l'intérieur de la cuisse. Deux petits muscles travaillent énormément avec ces exercices de sangle : le gracile et le sartorius. Ils forment 2 longs et fins rubans se rejoignant en "Y" à l'intérieur du genou, en partant de l'aine. Les faire travailler c'est augmenter sa puissance de réaction sur les appuis des intérieurs de pieds. Alors, à vous d'essayer çà aussi, cette méthode est vraiment encourageante...

 

 

Ventilateurs plus silencieux 1...

 

     L'été parfois il est nécessaire de dormir avec un ventilateur pas loin de son lit tellement la chaleur est insupportable. Oui, mais voilà, un ventilo silencieux, c'est bien difficile à trouver. Certes, ils existent depuis peu (cage torique à effet venturi) mais il faut voir à quel prix, ils se vendent... 10 fois le prix des ventilos classiques ! Alors voici une astuce que j'ai trouvée et qui rend les ventilos classiques très silencieux. Donc coût nul pour cette modif, sinon un peu de travail... Ce principe est tiré de la conformation particulière des ailes de chouettes qui volent sans bruit la nuit pour chasser*. Pour ce faire, il suffit de sortir l'ensemble de l'hélice et de découper (au lapidaire avec petit disque à tronçonner) sur le bord d'attaque, comme sur le bord de fuite, de toutes les pales des petites échancrures en forme de U ou V inversé, côtes à côtes. L'idéal étant de trouver une meule de forme genre affûtage de scie. La grandeur de chaque marque peut varier en fonction de la grandeur initiale de l'hélice mais 3 à 4 mm de large pour 5 à 7 mm de profondeur sera bien. Faire un essai permet de mieux se rendre compte de l'effet ressenti (de plus petit à plus grand ensuite si nécessaire). Le résultat est bluffant, le bruit de fond de l'hélice – découpée en aile de chouette - doit bien diminuer de 12 à 15 dB !

* ailes de chouette : les américains m'ont "copié" si je puis dire car le dernier né des Boeing (Le B787 Dreamliner) possède un échappement tuyère identique à mes ailes de ventilos !!!

 

 

Ventilateurs plus silencieux 2...

 

     Toujours dans la même idée de réduire le bruit de fond des ventilateurs ménagers, voici une autre méthode que j'ai aussi testée avec succès. C'est de prendre le rhéostat d'un ancien spot* lumineux halogène (vous savez ces spots sur pieds que l'on met à éclairer vers le plafond avec un curseur à pied...), eh bien vous mettez ce boîtier curseur en série avec le ventilateur et il permettra de régler celui-ci en vitesse et donc d'aller jusqu'à un niveau de bruit supportable pour soi. Chacun ayant un seuil de «supportabilité» différent, vous trouverez forcément le bon réglage pour vous.

* Spot : ceux-ci font généralement autour de 500W, ils sont donc très énergivores. Le ventilateur lui, ne dépassera pas les 50 à 80W maxi. Le système sera donc fonctionnel.

 

 

Ventilateurs plus silencieux 3...

 

     Autre astuce pour rendre silencieux des ventilateurs...

Il m'est arrivé à plusieurs reprises de fabriquer des rampes de ventilos d'ordi (montés par 4 ou 6 ou 8, en plaque...) car ceux-ci consomment peu et sont déjà assez silencieux au départ (sans parler de leur prix très modique). Mais si vous prenez des modèles plus gros du même genre, eh bien le bruit commence à se ressentir nettement plus. Pour les rendre donc plus silencieux, l'astuce consiste à les brancher 2 par 2 mais en série cette fois au lieu de les brancher en 12Vcc direct parallèle. Ils seront donc alimentés en série de 6Vcc chacun (au lieu des 12Vcc si //). Ainsi, ils vont tourner moins vite certes, mais ils seront nettement plus silencieux. Si vous en mettez plusieurs séries montées ainsi, par "paire parallèles", vous conserverez alors une bonne capacité de ventilation tout en ayant largement gagné en dB pour vos oreilles !

 

 

 

Qu’on se le dise …et bon vent !

 

 

 

Trucs & Astuces précédent…

Trucs & Astuces suivant…

 

 Retour à liste des Tr & As2...



25/09/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres