Le Trésor Des Kerguelen

Le Trésor Des Kerguelen

Termes de marine utilisés sur le site 3 E-I...


Echafaud : Planches formant une plate-forme que l'on suspend le long de la coque pour travailler.

Echouer : Toucher le fond.

Ecope : Seau, ustensile servant à vider les embarcations.

Ecoper : Vider l'eau résiduelle des fonds d'une embarcation.

Ecoutille : Ouverture rectangulaire pratiquée dans le pont pour pouvoir accéder dans les entreponts et dans les cales.

Ecubier : Conduit en fonte, en tôle ou en acier moulé ménagé de chaque bord de l'étrave pour le passage des chaînes de l'ancre. Ouverture par laquelle passe la chaîne d'une ancre.

Ecume : dépôt mousseux produit par le vent et les vagues en mer ou bien déposé sur les plages par le déferlement.

Ecumer : se dit des bateaux ou des marins qui passent leur temps à naviguer. Synonyme de naviguer beaucoup. Par extension : chercher sur les mers.

Elingue : Bout de filin ou longue estrope dont on entoure les objets pesants tels qu'une barrique, un ballot, une pièce de machine, etc... A cette élingue, on accroche un palan ou la chaîne d'un mât de charge pour embarquer ou débarquer les marchandises.

Embardée : Abatée d'un navire en marche en dehors de sa route ou au mouillage ou sous l'effet du vent ou du courant.

Embarder : Se dit d'un navire qui s'écarte de sa route à droite ou à gauche en suivant une ligne courbe et irrégulière. On dit aussi qu'un navire, à l'ancre, embarde quand il change constamment de cap sous l'effet du vent ou du courant.

Embellie : Amélioration momentanée de l'état de la mer et diminution du vent pendant une tempête ou encore éclaircie du ciel pendant le mauvais temps ou la pluie.

Embosser - un navire : mouiller ou amarrer le bâtiment de l'AV et de l'AR, pour le tenir dans une direction déterminée malgré le vent ou le courant.

Embouquer : S'engager dans un canal, un détroit ou une passe étroite.

Embraquer : Tirer sur un cordage de manière à le raidir : embraquer le mou d'une haussière.

Embrun : L'embrun est une poussière liquide arrachée par le vent de la crête des lames.

Emerillon : Croc ou anneau rivé par un tige dans un anneau de manière à pouvoir tourner librement dans le trou de l'anneau.

Empanner : Un navire à voile empanne ou est empanné quand il est masqué par le côté de l'écoute de ses voiles.

Encablure : Longueur employée pour estimer approximativement la distance entre deux objets peu éloignés l'un de l'autre. Cette longueur est de 120 brasses (environ 200 mètres). Longueur normale d'une glène d'aussière. Autre définition de l'encablure : un dixième de mille soit environ 185 mètres

Encalminé : Voilier encalminé : quand il est dans le calme ou dans un vent si faible qu'il ne peut gouverner.

Endrailler : Enfiler sur une draille.

Enfourner : Se dit d'un navire qui, par gros temps, pénètre profondément l'étrave dans la vague arrivante.

Engager : Un navire est engagé quand il se trouve très incliné par la force du vent, le désarrimage du chargement ou la houle et qu'il ne peut se redresser. Cordage engagé : cordage qui bloque.

En grand : Tout à fait, sans retenue.

Entremise : Fil d'acier reliant deux têtes de bossoir et sur lequel sont frappés les tire-veilles. Pièces de bois, cornière, placées dans le sens longitudinal. Elles servent avec les barrots à établir la charpente des ponts, à limiter les écoutilles, etc...

Epauler la lame : prendre la mer à quelques quarts de l' AV pour mieux y résister.

Epontille : Pieu de bois ou de métal soutenant le barrot d'un pont ou d'une partie à consolider. Synonyme : étai.

Erre : Vitesse conservée par un navire sur lequel n'agit plus le moteur.

Erse : Petit cordage ou sangle refermé en boucle et permettant de frapper une manoeuvre, une poulie, etc…

Espars : Terme général usité pour désigner de longues pièces de bois employées comme mâts, vergues, etc...

Essarder : Essuyer, assécher avec un faubert ou une serpillière.

Estrope : petit cordage ajouté et servant de prise à l'extrémité d'une voile ou d'une manœuvre (dragonne).

Etale : Sans vitesse. De marée : La marée est basse ou haute, ne bouge plus.

Etaler : Résister à, en parlant du vent ou de la mer (étaler un coup de vent, y résister).

Etalingure : Fixation de l'extrémité d'un câble, d'une chaîne sur l'organeau d'une ancre. - de cale : fixation du câble ou de la chaîne dans la cale ou le puits à chaînes.

Etambot : Pièce de bois de même largeur que la quille et qui s'élève à l'arrière en faisant avec celle-ci un angle généralement obtus qu'on nomme quête. Il reçoit les fémelots ou aiguillots du gouvernail.

Etambrai : pièce renforcée recevant le mât et pouvant être articulée.

Etamine : Etoffe servant à la confection des pavillons.

Etarquer une voile : tendre le plus possible (voiles).

Etrangler une voile : l'étouffer au moyen de cordages (cargues).

Etrangloir : Appareil destiné à ralentir et à arrêter dans sa course une chaîne d'ancre.

Evitage : Mouvement de rotation d'un bâtiment sur ses ancres, au changement de marées ou par la force du vent qui agit plus sur lui que sur le courant. Espace nécessaire à un bâtiment à l'ancre pour effectuer un changement de cap, cap pour cap.

Faire le point : Positionner le navire ou l'avion sur la carte après avoir fait une série de longs calculs. Se fait désormais avec le GPS (satellites).

Fanal : Lanterne d'embarcation.

Fardage : Tout ce qui se trouve au-dessus de la flottaison excepté la coque lisse et offrant de la prise au vent. Dans la marine de commerce, désigne aussi les planches , nattes, etc... que l'on place sur le vaigrage du fond pour garantir les marchandises contre l'humidité.

Fargues (rail de) : Profilé de bois d'alu ou d'acier (inox) qui parcours le bord extérieur du pont d'un bateau et sur lequel on y frappe des manœuvres, des poulies…

Fatiguer : Un bâtiment fatigue lorsque, par l'effet du vent, de la mer, ses liaisons sont fortement ébranlées.

Faubert : Sorte de balai fait de nombreux fils de caret et dont on fait usage à bord pour sécher un pont après la pluie ou le lavage.

Faux-bras : Cordage installé le long du bord, pour faciliter l'accostage des embarcations.

Femelots : Sorte de ferrure femelle permettant d'accrocher le gouvernail.

Ferler - Une voile carrée : relever par plis sur la vergue une voile carguée et la fixer au moyen de rabans dits de ferlage qui entourent la voile et la vergue. - Un pavillon : le plier et le rouler en le maintenant ensuite avec sa drisse.

Fetch : Distance sur laquelle agit le vent. Plus le fetch est grand plus la mer est forte et/ou confuse.

Ficelle : Terme jamais employé dans la marine. La seule ficelle qui peut y avoir à bord est celle utilisée par le cuisinier sur un rôti ! Terme employé pour se moquer d'un novice à bord non encore amariné.

Filer une amarre : Laisser aller une amarre dont un des bouts est attaché à un point fixe. - La chaîne : augmenter la touée d'une chaîne en la laissant aller de la longueur. - Par le bout, une chaîne ou grelin : laisser aller du navire dans l'eau.

Filer : Marcher

Filière : Cordage tendu horizontalement et servant de garde-corps autour du pont. – par mauvais temps : cordage qu'on tend d'un bout à l'autre du bâtiment et auquel les hommes se retiennent pendant les forts mouvements de roulis et de tangage.

Flux : Marée montante. Synonyme : flot.

Forain Ouvert : Rade foraine : rade sans abri, exposée au mauvais temps du large (mouillage d'attente).

Forme : Grand bassin de radoub, ou cale sèche : bassin de radoub.

Formes d'un navire : Ses lignes.

Fraîchir : Se dit du vent qui augmente d'intensité.

Frais : Désigne la force du vent : joli frais, bon frais, grand frais (environs force 6 Beaufort).

Franc-bord : Distance entre le niveau de l'eau à l'extérieur du navire et la partie supérieure du pont principal à la demi-longueur du navire.

Fret : Somme convenue pour le transport de marchandises par navire. Les marchandises composant le chargement du navire.

Fuir - Devant le gros temps ou devant une mer forte : gouverner de manière à recevoir le vent ou la mer par l'arrière.

Fujita (échelle de) : Echelle allant de 0 à 5 et donnant la force des trombes marines et tornades (il s'agit du même phénomène mais l'une se passe sur l'eau, l'autre à terre).

Fune : Grelin qui traîne le chalut. Prolongement de la filière des tentes d'un navire (mettre les tentes en fune).

Gabier : Matelot grimpant dans les mâts pour manœuvrer la voilure.

Gaffe : Longue tige munie d'un crochet et servant à saisir un cordage ou une bouée. Gaffe à poisson : idem amis servant à remonter les prises à bord des bateaux.

Galhauban : Cordage ou filin en acier (inox) servant à tenir par le travers et vers l'arrière les mâts.

Gambier : Changer la position d'une voile à antenne ou au tiers d'un côté à l'autre du navire en faisant passer la vergue de l'autre côté du mat. Synonyme : muder, trélucher.

Galipot : Sorte de mastic avec lequel on recouvre les pièces métalliques en cas de repos prolongé ou d'exposition à l'arrosage par l'eau de mer. Pâte formée en parties égales de céruse et de suif fondu, étalée à chaud, au pinceau, sur les surfaces à protéger. On l'enlève par grattage et lavage à l'huile. Galipoter (vieux).

Garcette : Petit cordage fin servant à fixer un appareil, une voile, ou tout autre chose.

Gîte : Synonyme de bande : Gîter, pencher.

Glène : - De cordage : portion de cordage roulée sur elle-même, c'est à dire lovée.

Godaille : Part du marin de retour au port (En poisson autrefois, en salaire maintenant).

Goélette : Voilier à deux mâts, ils peuvent être de hauteur différente.

Gonio : Système de navigation permettant de se positionner en faisant du homing vers une station à terre. Nécessite une station émettrice à terre et un récepteur avec antenne directrice à bord.

Gousset (de latte) : Petit fourreau cousu sur une voile pour y recevoir une latte et raidir celle-ci.

GPS : Appareil électronique de navigation se servant d'une série de satellites pour donner la position d'un mobile sur la planète.

Grain : Vent soudain et violent généralement de peu de durée. Les grains sont parfois accompagnés de pluie, de grêle ou de neige.

Grand mât : Le plus grand mât portant les voiles sur un navire.

Grelin : Cordage de forte section ou filin utilisé pour le remorquage et/ou l'amarrage des bateaux.

Grenouille : Système de verrouillage fermant les équipets ou les capots de pont.

Gréement : L'ensemble des cordages, manoeuvres de toutes sortes et autres objets servant à l'établissement, à la tenue ou au jeu de la mâture, des vergues et des voiles d'un navire.

Gueuse : Poids imposant servant à alourdir un cordage ou un filin pour amortir les amarres ou un mouillage. Poids, constituant la charge d'un corps-mort. Béton, Pneu chargé, amas ferreux…

Guindant : Partie tombante d'un drapeau, d'un pavillon, d'une voile qui longe le mât ou proche de sa drisse. Opposé, le battant.

Guindeau : Appareil servant à virer les chaînes, à mouiller et à relever les ancres à bord d'un navire. Son axe de rotation est horizontal.

Gyre océanique : Gigantesque courant créé dans les océans par la force de Coriolis. Gulfstream par exemple pour l'Atlantique Nord.

Habitacle : Sorte de cuvette ou de caisse cylindrique en bois ou en cuivre recouverte à la partie supérieure d'une glace et qui contient le compas de route et les lampes qui l'éclairent.

Hale-bas : Petit cordage frappé au point de drisse des voiles enverguées sur des drailles et qui sert à les amener. Petit palan servant à retenir la bôme ou un tangon vers le bas.

Hale-bouline : Marin grossier et peu instruit (la brute de service !).

Haler : Remorquer un navire dans un canal ou le long d'un quai au moyen d'un cordage tiré au rivage. Tirer un cordage ou un objet quelconque au moyen d'un cordage sur lequel on fait un effort.

Hanche : Partie de la muraille d'un navire qui avoisine l'arrière. On relève un objet par la hanche quand il est à 45° par l'arrière du travers.

Haut-fond : Sommet sous-marin recouvert d'eau peu profonde et dangereux pour la navigation.

Hauturière (navigation) : Navigation au grand large, contrôlée par l'observation des astres. Synonyme de "Au long cours".

Hiloire : Partie haute et latérale dans le cockpit d'un navire.

Homing : Technique de navigation utilisant le radio-gonio et consistant à suivre un radial vers une station.

Houle : Vague très amortie de grande période, produit par une tempête lointaine et arrivant sur les côtes ou au large (peut faire le tour du globe dans l'hémisphère Sud, par absence de continent).

Itague : Cordage passant par une poulie simple et sur lequel on agit à l'aide d'un palan pour augmenter la puissance. Chaîne retenant un coffre et maillée au point de jonction des chaînes des ancres de corps-mort.

 




02/06/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 151 autres membres