Le Trésor Des Kerguelen

Le Trésor Des Kerguelen

020 Prépa Quali « B », perfectionnement en vue du CPL…

Article précédent…

Article suivant…

 

 

 

 

020 Prépa Quali « B », perfectionnement en vue du CPL…

 

 

 

 

     Certains élèves pilotes se lancent dans cette activité en aéro-club par passion, mais parfois aussi pour en faire un métier. C'est ce qu'on appelle « passer par la petite porte » car la route est longue et coûteuse en finançant sa formation sur ses propres deniers. Ceci en opposition à ceux qui gravitent par la voie « royale » de l'ENAC ou des grandes écoles aéronautiques privées (ou centres de formation agréés). Ce chapitre est donc consacré aux premiers perfectionnements que l'on va trouver dans le cursus classique des qualifications vers le PPL (pilote de ligne).

 

 

Première marche vers le CPL : préparation de la qualif « B »...

 

Synthèse des points à connaître pour se présenter à cette qualification. Qualif nécessaire pour piloter un avion monomoteur à « train rentrant » et /ou hélice à pas variable...

 

1) La planche de bord :

- La visite prévol

- La check-list

- Le manuel de vol

 

 

2) Les commandes du GMP :

 

- Pression d'admission et contrôles associés (EGT / CGT)

- Utilisation du pas de l'hélice / Couple moteur / Dégivrage

- Importance de la richesse /Gestion réservoirs / Long Range- crossfeed

- Les volets de capots (gestion - Tempé culasse CGT).

 

3) Le Train :

 

- Commandes - VLO / VLE / Les 3 Vertes, les trappes

- Circuit hydraulique / La pompe électrique

- Circuit de secours / Hydraulique / Gravité / Manuel

 

4) Etude des pannes liées à la qualif B :

 

- Régulation hélice, / Le régulateur / Le dégivrage de l'hélice

- Sortie manuelle du train, verrouillage

- Réinitialisation de la génération électrique (procédure)

- La check finale à 500 Ft (obligations - PPP – VVV)

*PPP = Plein Petit Pas * VVV = Les 3 Vertes allumées (train)

- Procédure de remise de gaz sur atterrissage interrompu.

 

5) Utilisation des moyens de Radio Nav (PSV / IFR) :

 

- VOR (LOC / ILS)

- ADF ( avantages – inconvénients)

- DME (Classique + Doppler)

- SSR (Transpondeur – Utilisation des Codes d'Urgences 75/76/77)

- TCAS (les automatismes de bord, anti collisions)

- Le PA (AutoPilot- utilisation /limites /asservissements)

 

6) Compléments d'équipement machine :

 

- Etude / utilisation des sondes, statiques de secours

- Gestion du Power External Source

- Pressurisation cabine (système - régulation -  pannes)

 

 

7) Entraînement spécifique / VdN / PSV / IFR...

 

- Etude systématique du manuel de Vols (et connaissance des 2 autres : Cellule / GMP).

 

 

 

Seconde étape du perfectionnement  : PSV, qualifs radio QRR, QRRI, multi-engines...

 

 

Qualifications radios...

 

     Une fois acquise la qualif B, le pilote peut utiliser des machines déjà beaucoup plus performantes afin de pouvoir réaliser des navigations plus longues ou plus complexes.

On peut passer la CRR (ou QRR) qui est la qualification de radio téléphoniste restreinte. Elle est cependant acquise d'office pour un pilote privé ayant été reçu à sa licence de pilote. Mais, personnellement, je conseille toujours de la passer néanmoins car elle permet de bien se préparer pour ensuite, passer son extension internationale QRRI donc idem mais en anglais). Cette extension anglaise sera nécessaire pour le pilote désirant effectuer des vols à destination d'un pays dont il ne parle pas la langue officielle. Toutes les liaisons radios pourront alors se faire au minimum en anglais, sinon dans la langue native du pays en question. D'où la nécessité de posséder cette « CRRI », internationale si on ne parle pas la langue étrangère utilisée par le contrôle aérien de ce pays.

 

PSV ou Pilotage Sans Visibilité...

 

     Le pilotage sans visibilité est une excellente manière de se perfectionner, tout comme le vol de nuit qui lui est souvent associé et assez semblable au final. Ces deux préparations sont les étapes indispensables avant d'envisager de faire la qualification de vol aux instruments (IFR).

 

Hormis sur simulateur, il existe plusieurs autres manières de s'entraîner au PSV. Personnellement, la méthode que je préfère utiliser pour mes élèves, est le kit utilisant un Rhodoïd de couleur orange avec des lunettes spéciales de couleur bleue. En effet, on positionne le rhodoïd par l'intérieur sur la totalité du pare-brise de l'avion et une fois en vol le pilote aux commandes, pourra mettre ses lunettes bleutées. Ainsi en regardant à travers le pare-brise le pilote verra absolument tout noir vers l'extérieur tout en conservant une vue normale, légèrement bleutée sur les instruments. Pour l'instructeur à côté en place droite, sans lunette bleue, lui verra normalement à travers le rhodoïd orangé à l'extérieur et, bien sûr, aura une vue tout-à-fait normale sur les instruments du bord. C'est ainsi d'ailleurs que j'avais fait mes premiers pas en PSV (ce système venait juste d'être validé et disponible) et j'avoue avoir été immédiatement séduit par cette formule que j'ai employée ensuite pour mes propres élèves.

 

L'entraînement au vol de nuit découlera tout logiquement de cette première approche de vol aux instruments. Cette préparation est sanctionnée par une qualification spéciale permettant d'effectuer ensuite des vols VFR de nuit (qualification portée à la licence). Elle n'autorise pas pour autant un vol « IFR » mais elle est un très bon perfectionnement permettant de ne pas paniquer le jour où, vous pourriez passer même provisoirement en IMC par dégradations des conditions météos. Le simple fait de ne pas perdre le contrôle de l'appareil peut vous sauvez la vie et celle de vos passagers. Toutes ces qualifications seront donc les bienvenues pour le pilote qui commence à acquérir une bonne petite expérience de navigation en vols de croisière. Ce sera toujours un gage de sécurité pour continuer à piloter en toute sérénité.

 

 

Qualification multi-engine...

 

     Après la qualif « B », cette qualification anciennement appelée « multi moteurs », permet de voler à bord d'avions équipés de plusieurs moteurs jusqu'à un PTAC total de 5,7 T. Ces avions plus gros, sont presque toujours à train rentrant et hélices à pas variable, elle viendra donc tout naturellement après une première qualif « B ».

Elle nécessite un entraînement particulier avec un instructeur lui-même qualifié. Les seules particularités de cette qualif sont les études de pannes (GMP - notion de moteur critique – gestion des réservoirs, régulation hélice, pressurisation cabine, etc...). Sinon cette qualification permettra de voler sur des avions plus gros, souvent mieux équipés, souvent plus complexes, mais aussi moins nanoeuvrant, plus lourd avec bien souvent une finesse moindre que les avions dits « légers ». C'est une nouvelle étape, indispensable vers le métier de pilote.

 

 

 

Qualif IFR...et qualif Instructeur...

 

     Pour la qualification IFR, cela se prépare en général dans un institut aéronautique agréé ou une école spécialisée. C'est une formation qui est assez longue et coûteuse. Elle donc bien souvent suivie par des pilotes désirant en faire leur métier. Elle peut cependant être réalisée par des pilotes privés mais là, cette formation ne fait plus de différence entre professionnels et privés. Il faut donc avoir de très sérieuses connaissances générales, au moins dans tous les domaines liés à l'aéronautique. C'est le cas de la mécanique du vol, l'aérodynamique, l'aérologie, la météo, l'électronique de navigation, la réglementation aéronautique, les facteurs humains.../... Les domaines d'études ne manquent donc pas dans cette formation, y compris la survie ou la climatologie tropicale.

 

 

Pour la qualification instructeur c'est idem.

Depuis 1987, cette qualification FI est accessible directement aux pilotes privés (PP), sans avoir la qualif de professionnel, mais soyons réalistes, ayant un niveau de formation initiale, égal aux pilotes titulaire de la licence de professionnels (CP) !

Ces deux qualifications nécessitent des stages agréés soumis à résultats d'examens théoriques puis pratiques en vol. La qualif IFR permet de voler sur un appareil équipé « IFR – donc tout temps » et la qualif instructeur (FI) permet d'enseigner le pilotage jusqu'au niveau de ses propres qualifications de pilote. A l'obtention de la qualif FI, au début, vous pourrez enseigner sous la responsabilité d'un instructeur complet (c.a.d. ayant la qualif aussi d'examinateur - FIE) puis après quelques temps (une année mini ou deux...) d'enseignement du pilotage, vous pourrez obtenir (après demande ou proposition du FIE) la qualification d'examinateur (FIE). Celle-ci est délivrée après examen en vol, uniquement, par le pilote inspecteur du district dont vous dépendez. Une fois obtenue, vous pourrez alors faire passer les examens en vol (suivant les demandes du district aéro dont vous dépendez) aux élèves pilotes pour leur délivrer des licences ou des qualifications diverses de pilotes.

Cette qualification de FIE est une grande récompense dans notre formation de pilote. Elle signifie réellement bien que nous avons atteint un niveau permettant à notre tour, « d'enseigner et de juger » si un élève possède le niveau requis pour devenir à son tour « un pilote émérite ».

 

 

Qu’on se le dise …et bon vol !

 

 

Article précédent…

Article suivant…

 

Retour catégorie Le Coin du Pilote...

 

 

 

 



15/01/2018
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 166 autres membres