Le Trésor Des Kerguelen

Le Trésor Des Kerguelen

381 SOS Secours : comment signaler sa présence...

Trucs & Astuces précédent…

Trucs & Astuces suivant…

 

 

 

 

381 SOS Secours : comment signaler sa présence...

 

 

     Qui ne s'est pas poser la question un jour et de se dire...

 

     Je suis seul, loin de tout et complètement isolé, j'ai une urgence absolue, alors comment pourrai-je signaler ma présence pour demander de l'aide, me signaler à d'éventuels secours...?

Voilà le thème abordé aujourd'hui.

 

Quand on est installé bien tranquillement chez soi, en milieu urbain, on ne se pose même pas la question. Mais dès l'instant que l'on quittera les sentiers battus, comme on dit, et que vous vous retrouviez vraiment seuls (même à plusieurs personnes et/ ou en famille réduite !) mais surtout isolés de tout autre contact humain, vous allez forcément y penser à un moment ou à un autre. Donc vous y préparer, donc anticiper ce besoin éventuel...

 

     Et là, quelles seraient les solutions envisageables pour se signaler...?

 

     La première chose qui va guider votre choix quant à la manière de se signaler sera l'endroit même où vous vous trouvez. En effet, suivant que vous êtes en zone montagneuse, en bord de mer, en forêt profonde, en pleine mer, ou bien en vaste région désertique, la manière même de vous signaler sera à adapter en tout premier à ce lieu ! De plus, suivant la nature même de votre situation en cours, vous aurez (ou devriez avoir...) avec vous des moyens de signalement de détresse, comme des fusées, un canot de sauvetage, une valise de survie, du matériel de signalisation classique. Cela si vous n'avez pas de moyens modernes de communication genre balise Argos ou téléphone GSM satellite (tout çà réservé aux nantis ...et ce n'était pas notre cas lors de nos voyages autour du monde !).

 

     Alors le tout premier signe à connaître de mon point de vue, est le grand triangle équilatéral dessiné à même le sol et celui-ci, il faudra le faire le plus grand possible. Peu de gens connaissent ce signal de détresse, pourtant c'est vraiment le tout premier signal international à connaître. Tout simplement et pour une bonne raison : il est facile à faire et sera visible même depuis un avion de ligne et cela de très très loin (et qui plus est, d'un satellite d'observation de la Terre)! Les pilotes sont tous attentifs à ce genre de signal pouvant être aperçu au sol. Pour ce faire... Tout matériel ramassé autour de vous sera bon pour réaliser ce tracé et ce, avec le plus de contraste possible par rapport à la nature du sol ambiant.

 

Des exemples...

 

- Bois flotté, boue sombre, limon ou goémon séché, bout de tissus, vêtements ou encore pierres déposées et alignées sur le sable d'une plage... dessin contrasté le plus possible.

- Herbes sèches (fougères : excellent), fagots de feuillus, bûches ou bois mort aligné, entassé sur une prairie...

- Grand dessin tracé à même le sable sur une pente (désert)... Le "nettoyage" d'un terrain en y créant une "allée étroite et propre" (formant un grand triangle équilatéral!) serait une très bonne idée aussi...

 

 

Petit aparté en rappel pour les capacités de discrimination de l'oeil humain...

 

     Notre oeil peut commencer à voir et distinguer deux points distincts "comme étant séparés" à 0,3 mm l'un de l'autre et cela, regardé à 1m de distance.

La suite logique de cette discrimination devient donc dans ces mêmes conditions...:

3 mm à 10 m

3 cm à 100 m

30 cm à 1000 m (ou 1 Km)

3 m à 10000 m soit 10 km, ce qui est par ailleurs, l'altitude moyenne des avions de lignes !

Pour info, à cette altitude par exemple, on verra bien l'avion lui-même mais impossible de distinguer ses hublots sur la carlingue !

 

     On comprend donc à partir de là, que pour être distingué comme un "point bien repérable", il faudra qu'un objet fasse au minimum 3 m de côté pour être perçu avec certitude par un oeil humain à 10 km. de distance.

Si vous dessiner un triangle équilatéral sur le sable d'une plage, il faudra donc lui faire pour sa "grandeur globale" (avec aussi une bonne "épaisseur de trait"), 10 ou 15 m de côté. Ainsi, il serait déjà bien "visible" (plus si vous le pouvez).

Cela vous donne une bonne idée de ce qui serait souhaitable de faire de "possiblement visible" de loin pour un avion en vol, bateau sur l'horizon, véhicules ou personnes très éloignée en région montagneuse.

 

Ensuite le fameux S.O.S. en morse : DiDiDi, DAADAADAA, DiDiDi soit 3 points, 3 traits, 3 points. Beaucoup de lampe de poche offre désormais ce signal de détresse dans leur système d'allumage. Il est donc important de le connaître et d'en posséder une aussi ("une" à minima avec piles de rechange en rabiot).

Lors d'un éboulement par exemple, en étant enseveli, saisir un caillou si possible ou un objet permettant de taper 3 coups rapprochés, 3 coups portés plus lentement et encore 3 coups rapides. Cela produira un pseudo SOS et tout secouriste est entraîné à ce genre de message possiblement effectué, en "appel au secours martelé".

 

     Toujours dans cette même idée, il faut apprendre également à se servir d'un miroir de détresse comme ceux utilisés en aviation & en marine (faisceau solaire réfléchi, orienté vers un lieu précis ou vers des appareils en vol, aperçus même très loin ou très haut...). Ou encore mieux, apprendre à en fabriquer un (si vous n'en avez pas) à partir d'un CD/ DVD ou d'un disk dur d'ordinateur par exemple. Ces derniers sont vraiment parfait pour cela. J'ai déjà décrit cette possibilité dans un article précédent...

 

Ensuite arrive le code de pavillonnerie des marins. On peut demander du secours en envoyant haut en l'air sur un mât, dans un arbre, en travers d'un vallon, les pavillons N & C qui veulent dire "détresse" car ce couple de pavillons : N (N = November = Non) et C (C = Charlie = Oui) est une "impossibilité matérielle et technique" , donc "détresse" !

 

     On a également les fusées de détresse (ou pistolet lance-fusée des pilotes) qui peuvent servir également mais là, ces engins ne devront être utilisés que si vous êtes à peu près certain que quelqu'un verra votre signal dans un rayon de 25 à 40 kms alentours, grand maximum. Dans les zones très lointaines et isolées, elles ne serviront à rien sauf si vous savez avec certitude qu'un secours est en approche. Le signal (le parachute et son feu de Bengale rouge associé) va monter à environs 300m de hauteur et mettra + ou - 1 minute seulement pour revenir au sol en fonction du vent (ou en mer et au plus haut de son apogée, serait visible jusqu'à 25 Nm environs soit 45-50 kms maxi). Après, c'est fichu !

 

     Resterait enfin des moyens personnels et/ ou empiriques pour se signaler mais ceux-ci sont bien loin d'être négligeables...

C'est ainsi que l'on peut lancer une "bouteille à la mer" ou un ballon (poche de cubitainer* = parfait pour ce faire...) qui eux, contiendront un message écrit avec votre position GPS si vous la connaissez, même grossière. Cela pourrait toujours aider à "orienter" une recherche. Toujours dans cette série de "moyens possibles", si vous possédez un crayon laser (comme c'est mon cas, pour les observations astros...) eh bien on pourrait encore s'en servir pour se signaler vers un avion en vol ou même, effectuer un signal en l'air en y faisant le code SOS en morse. Ces lasers portent à très grande distance (8 kms pour le mien) et le faisceau est bien visible par nuit noire. Donc encore un moyen utilisable pour se signaler.

 

*Poches...Ces poches aluminisées sont excellentes pour se signaler en étant tombé à l'eau. j'ai fait cette expérience sur mon bateau au large et je la détectais encore bien à 4 Nm (soit 7 km) de distance (au Radar de bord - Furuno 1720, portée de 16 Nm). La poche était bien gonflée et nous l'avions simplement jetée dans notre sillage. C'est donc une excellente chose à avoir sur soi, vide, dans une poche du ciré ! En cas de chute à l'eau, on la gonfle et cela donnera un bon écho Radar et même "en visuel" alors que la tête d'un nageur avec du vent : zéro.

 

- On peut fabriquer une mini montgolfière (si possibilité de faire un allumeur) qui portera un message, identique au précédent. Se rappeler qu'il faut 4L d'air (chauffé à 60°C) pour soulever 1 gr de poids... Voir l'article spécifique sur la fabrication de Lanternes célestes.

 

- On peut faire un cerf-volant (si zone venteuse) avec un signal de détresse pendu à son extrémité... pavillons NC, banderole SOS, mot : HELP écrit en grand, etc...

On peut faire de grands feux (sur une plage ou un sommet dominant...) si on a profusion de matériaux pour ce faire à portée de mains...

Se rappeler que tout signal devra impérativement faire le plus de contraste possible avec son environnement immédiat. Cela sera toujours un gage de bien meilleure visibilité.

 

     Dernière chose...

     Si vous êtes en pleine mer à la dérive, il serait bon de connaître ou au moins d'avoir vu les principales routes des cargos, cela pour votre zone à minima (avoir les Pilots Charts américaines !). De même pour les principales routes aériennes empruntées par tous les long-liners sur votre itinéraire. Voir les 2 cartes ci-jointes qui illustrent ces trafics internationaux. Un coup d'oeil sur ces cartes vont déjà vous en apprendre pas mal quant aux espérances d'un "secours possiblement rapide ou pas" et en plus de quelle direction celui-ci pourrait arriver...

 

Routes aériennes dans le monde...

Routes aériennes R2.jpg

 

Routes maritimes dans le monde...

Routes maritimesR2.jpg

 

Qu’on se le dise …et "bonne prépa" !

 

Trucs & Astuces précédent…

Trucs & Astuces suivant…

Retour trucs-astuces-3...



05/04/2021
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 245 autres membres