Le Trésor Des Kerguelen

Le Trésor Des Kerguelen

377 Veilleuse & allumage piezo, appareils à gaz...

Trucs & Astuces précédent…

Trucs & Astuces suivant…

 

 

 

 

377 Veilleuse & allumage piezo, appareils à gaz...

 

 

     Récemment encore on m'a demandé d'intervenir sur un petit chauffage à catalyse (portable) dont la veilleuse ne marchait pas correctement. Enfin, elle s'allumait bien parfois, grâce au piezo mais marchait plus ou moins au ralenti en faisant une longue flamme jaune et vacillante, très instable (d'après son propriétaire...).

Me voici donc penché sur la bête...

 

Démontage de la grille du chauffage pour avoir accès à la veilleuse...

Et là, de suite j'ai vu que l'un des trous d'injection de l'air dans la chambre de mélange était bouché (enfin obturé en partie par des fils d'araignée avec un petit moucheron mort, coincé dedans...). Nettoyage de l'ensemble et je ne suis pas aller chercher plus loin, puis remontage. Au premier essai, la flamme était bien bleue, toute belle, stable et fière comme une "statue de cire" du musée Grévin. Alors que s'était-il donc passé avant mon intervention, pour engendrer une panne de ce genre...?

 

     Je vais ouvrir ici un petit exposé de thermodynamique/ physique car ce n'est pas la première fois que l'on m'amène (ou que l'on me demande pour...) des appareils en panne avec ce genre d'ennuis. Valable aussi pour chaudière, chauffe-eau ou même une simple gazinière de cuisine.

 

Photo de la veilleuse en question...

CIMG0142ER.jpg

 

Cette dernière veilleuse est installée sur un chauffage portatif à gaz Eno (à catalyse) mais on trouve exactement le même modèle de veilleuse sur les chauffe-eau ELM-LeBlanc (entre autres appareils...).

 

 

Croquis de fonctionnement de cette veilleuse pour une bonne compréhension de son allumage et de la combustion...

CIMG0145R2.jpg
 

Sur ce schéma (et photo au dessus)...

 

- Partie haute : isolant vitro-céramique de l'allumeur piezo pour initier la flamme.

- Partie basse : pointe/ capsule TC, acier et gaine rouge : le thermo couple (TC) qui assure la coupure du circuit gaz si la flamme s'éteint.

- Au centre, depuis la D vers la G : arrivée gaz, partie injection/ chambre de mélange gaz/air et enfinla tuyère, c-à-d  le tube du brûleur lui-même - siège de la flamme, une fois établie...

 

La partie jaune (en laiton) est l'injecteur proprement dit. Cette pièce est particulièrement importante. Il ne faut surtout pas abîmer sa partie centrale, le minuscule trou dans la buse. Son diamètre est parfaitement calibré et peut varier de 0,15 à 0,80 mm suivant les appareils, leur puissance et le type de gaz utilisé (trou plus gros par ex pour le gaz de ville). Sur un chauffage d'appoint à catalyse comme ici, il est minuscule et mesure environs 0,15 à 0,20 mm de diamètre. Il doit toujours rester très propre et il ne faudra jamais "déformer" ce trou avec une aiguille ou autre bout de fil de fer... sinon, le jet de gaz devient "turbulent" et çà : c'est pas bon ! (nettoyage : savon liquide et brosse à dents ou pinceau à poils durs, par ex... - soufflette et/ou aspirateur, finement effectué...).

 

Ensuite on a la chambre de mélange et sur ses côtés, on va trouver 2 ou 3 (parfois 4) lumières d'aspiration d'air. L'une (tâche noire) est bien visible sur la photo, une autre est située en face (ces lumières sont tjrs positionnées de façon "symétrique" dans la chambre).

 

 

Alors comment cela fonctionne t-il et quelles sont les pannes possibles...?

 

     Le gaz arrive par la tuyauterie, entre dans l'injecteur où il est forcé à sortir par le minuscule trou de cet injecteur. La pression augmente et ce gaz entre dans la chambre de mélange sous forme d'un minuscule jet mais puissant. Là, dans cette chambre, ce jet de gaz va produire une dépression sur ses côtés qui va aspirer de l'air par réaction/ effet Venturi dans les lumières, trous percés sur les parois de cette chambre (nombre varie de 2 à 4). A cet instant le gaz et l'air aspiré vont commencer à se mélanger en poursuivant la route jusqu'à la tuyère cette fois qui reçoit donc, elle, un mélange Gaz/Air très "homogénéisé" (cela doit l'être et le sera effectivement si aucune "perturbation" ne vient modifier çà en cours de route !). On arrive alors en sortie de tuyère où se trouve un allumeur qui pourra initier une flamme dès l'instant que l'on déclenchera le piezo*. Un maintient sur le bouton d'allumage permet d'attendre les 10 secondes environs de réaction du TC et le système restera allumé tant qu'il y aura du gaz à brûler. Si la flamme s'éteignait pour x raison, la pointe du TC refroidit et viendra fermer le clapet d'arrivée du gaz directement au robinet de l'appareil. Cette sécurité est vraiment nécessaire.

 

* Piezo...: voir les articles spécifiques à ce petit appareil génial (Trs & Ast 136).

 

Finalement cette chambre de combustion fonctionne exactement comme un réacteur d'avion mais en miniature (et sans compresseur d'air)...!

Quelles seraient donc les pannes "possibles"...?

 

L'équilibre de ce système est si précis que le moindre petit incident sur son parcours (poussières, animalcules, débris organiques...) va nuire à son bon fonctionnement.

 

Parmi des "incidents perturbateurs" possibles, on va trouver principalement...:

 

- Saleté sur/ ou dans l'injecteur et/ ou son trou calibré plus ou moins bouché...

- Lumières d'aspiration de la chambre de combustion plus ou moins obturées...

- Saletés, débris organiques ou autres bizarreries présentes dans la chambre de mélange et/ou dans la tuyère...

- Sortie de la tuyère "encombrée" venant perturber la flamme...

 

NB : Dans la cas d'une simple gazinière (de cuisine), le principe des brûleurs est identique au fonctionnement de cette veilleuse ici. La différence réside dans la chambre de mélange qui est ronde et plate mais dans laquelle s'agglutinent souvent des résidus de cuisine justement ou parfois même de la rouille. Un bon nettoyage de l'ensemble (sans oublier non plus la tête de l'injecteur lui-même, car étant monté au milieu et "verticalement", il peut facilement recevoir de nombreuses salissures, donc obturer l'injecteur.

 

Après un "hivernage" (enfin le contraire pour un appareil de chauffage que l'on remet en route l'hiver...Hic !), il n'est pas rare que des bestioles soient venues polluer cet allumeur ou même simplement de la poussière ou des débris qui soient entrés dedans. Donc un nettoyage systématique sera toujours le bienvenu et évitera une "panne".

 

PS : Bien sûr je passe sous silence la nécessité d'avoir du gaz dans la bouteille...et que le détendeur fonctionne parfaitement bien ! Très souvent c'est l’absence de compréhension même du fonctionnement de cette veilleuse qui fait que l'on n'arrive pas à faire marcher correctement l'ensemble. Une simple petite toile d'araignée devant une lumière d'aspiration d'air peut suffire à faire vaciller la flamme. C'est effectivement pour cela qu'il est important de bien comprendre le fonctionnement de ce "mini réacteur thermodynamique" avant de chercher à y remplacer quoique ce soit, comme pièces ! Dans 90% des cas de mauvais fonctionnement, un nettoyage minutieux suffit à lui rendre vie.

 

NB : En tout dernier recours pour le cas où la flamme s'éteint systématiquement au bout d'un certain temps (peu varier beaucoup...), eh bien il faudra effectivement penser dans ce cas précis à la ventilation de la pièce où se trouve cet appareil. En effet, dans un local réduit et bien fermé, l'oxygène peut venir à manquer et là, c'est bien autre chose comme ennuis qui surgissent et qui n'ont rien à voir avec un état de la veilleuse. Voir les articles spécifiques concernant les ratios et densité du CO² ou du CO et les divers dangers qui y seront associés forcément...

 

 

Qu’on se le dise …et bon chauffage !

 

 

Trucs & Astuces précédent…

Trucs & Astuces suivant…

 

Retour trucs-astuces-3...

 



03/03/2021
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 245 autres membres