Le Trésor Des Kerguelen

Le Trésor Des Kerguelen

228 Aides à la navigation hors sentiers battus…

Trucs & Astuces précédent…

Trucs & Astuces suivant…

 

 

 

 

228  Aides à la navigation hors sentiers battus…

 

 

 

     Quand on veut se lancer dans un Tour du Monde (TDM), nous aurons un tas de choses à étudier et à préparer. Je passe sous silence le fait obligatoire de connaître la navigation ou la météo, donc de savoir se servir d'un voilier, pouvoir s'orienter ou bien lire une carte…

Pour le reste…

Cela va depuis la route à planifier, le choix des escales avec ses contraintes administratives mais aussi la météo, les dangers liés au mauvais temps ou des particularités géographiques sur les routes que nous aurons établies, les langues à étudier, etc, etc...

Bien.

 

     Cela demande du temps et de l'assiduité dans la démarche. Mais au fond cet apprentissage de candidat à l'aventure hauturière n'est pas bien compliqué si on se contente de suivre les routes classiques des grandes navigations transocéaniques.

 

Là où les choses vont se compliquer sérieusement, c'est lorsque nous décidons de partir hors des sentiers battus. Ainsi, sur des routes maritimes peu fréquentées, nous trouverons peu de bateaux donc peu de possibilité d'aide ou de rencontre… Dans ces cas d'isolement, il devient nécessaire pour ne pas dire « indispensable » de prévoir certains documents amenant à des connaissances spécifiques. Sans oublier des pièces de rechange pour le matériel de bord et autres outillages complémentaires. Tout ceci afin de pouvoir faire face « seul » et en totale autarcie à des évènements particuliers, inattendus, voire dangereux ou même catastrophiques.

 

 

 

C'est le but de ce chapitre particulier auquel nous nous étions préparés et avions réfléchi longuement…

 

 

 

     A mon sens, voici une liste de documents auxquels il faudrait s'attarder un peu avant de se lancer dans un TDM hors des sentiers battus…

 

 

1) Connaissances médicales…

     Il est bon d'avoir à bord un livre comme celui de Jean-Yves Chauve : « Médecine à bord sans médecin ». Ensuite disposer de petit matériel de chirurgie de base. Stock de médicaments divers et de les classer par spécialité (ce que nous avons toujours fait et préparé). Exemple… Boîte nécessaire pour « poumons, ventre, urinaire, digestif, bobologie, yeux, oreilles, tête, urgences…etc…). Posséder également un (plusieurs) livre sur les plantes médicinales. Toute cette préparation vous aidera grandement en cas de problème médical sérieux dans un endroit isolé. Ce sera une aide précieuse pour gagner en temps et en efficacité.

 

 

2) Connaissances météos en vue du mauvais temps…

     Personne n'a envie d'aller se fourrer dans le mauvais temps, une certitude. Maintenant dès l'instant que l'on part se frotter aux 40 ièmes Rugissants ou pire, aux 50 ièmes Hurlants, eh bien il serait naïf de croire que vous y passerez tranquille sans vous gratifier d'un bon coup de vent « sérieux » ! Donc il faut apprendre à prendre des ris sur sa voilure (même par beau temps, il n'y a pas de honte à cela – bien au contraire). Apprendre à se servir de l'ancre flottante… apprendre à se mettre à la cape. Et enfin apprendre à sortir aussi en mer quand le temps vous paraît « limite » pour votre expérience. C'est-à-dire avec du vent établi ou une mer déjà agitée… Tout cela vous confortera dans les décisions à prendre et les bons gestes à faire en cas de coup de vent plus sérieux… Tout le nécessaire pour faire face à ce mauvais temps que vous subirez « sans possibilité d'échappatoire ».

 

 

3) Connaissances des procédures de détresse et du matériel de sauvetage…

     Appel à la VHF, déclenchement d'une balise de secours, utilisation des fusées ou de la pavillonnerie du bord…

Savoir mettre en œuvre la procédure du canot de survie… Connaître le signal de détresse international (très grand triangle équilatéral dessiné sur le sol), etc… Toutes ces choses qui pourront peut-être vous sauver la vie tout simplement parce que, « un jour, en toute quiétude, vous avez pris le temps d'y réfléchir, d'apprendre et d'anticiper leur utilisation ».

 

 

4) Disposer à bord de certains documents particuliers…

     Parmi ces documents, on peut avoir les Pilots Charts américaines (existent en version logicielles désormais, comme les VPP2). Aussi, des livres particulièrement bien faits et complets sur la navigation autour du monde, comme le « Jimmy Cornell » qui parle des routes avec plein d'astuces et de détails… ou le spécial « Navigation par gros temps » d'Alain Gré …, celui de Pierre Gutelle sur « Voiles & Gréements », « Saisons & Climats » de Jean-Noël Darde, etc… il y en a bien d'autres encore (plus récents que ceux cités ici…) et chacun pourra y ajouter ses trouvailles personnelles. Mais tous ces exemples pour dire qu'ils existent ces documents et qu'il ne faudra pas hésiter à en faire provision pour avoir ceux-ci sous la main « le jour où…la cata arrivera ».

Dans le milieu de l'aviation, on enseigne l'anticipation sur ce genre d'évènements car tôt ou tard, l'accident nous guette et rien ne vaut une étude anticipée de ces situations dégradées ou catastrophiques. Et là, souvent pour ne pas dire toujours : ce sont ceux qui ont envisagé le pire et étudié ces situations qui s'en sortent ; les autres : non, malheureusement. 

 

 

5) Parmi les cartes spéciales que l'on peut avoir à bord…

 

     La NOAA américaine édite une carte fort intéressante qui donne les trajectoires de tous les cyclones enregistrés depuis le début de l'ère météo moderne. Cela permet de voir les zones où il y en a beaucoup ou bien celles où il en passe très peu ou même pas du tout. Un document très intéressant et bien utile pour préparer ses traversées transocéaniques…reprise et visible ici…

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Global_tropical_cyclone_tracks-edit2.jpg

 

 

     Un document utile également c'est la mappemonde traçant les routes des navires dans le monde entier. Cela permet donc de savoir si on se trouve sur une route fréquentée par les cargos ou pas. Pour info, sur les Pilots Charts, ne sont dessinées que les routes principales avec leur nom de code maritime….visible ici…

http://www.marinetraffic.com/fr/ais/home?centerx=30&centery=25&zoom=2&level1=140

 

 

     Un autre document pouvant être utile également, c'est la carte mondiale du réseau de routes aériennes dans le monde entier. De suite on s'aperçoit que plus de 90% de ces routes aériennes occupent la partie Nord de l'hémisphère Nord. Si on navigue dans l'hémisphère Sud, on se rend compte qu'il sera rare d'être survolé par un avion de ligne…visible ici…

http://www.advocnar.fr/art_cartedesroutesaeriennesdanslemonde.html

 

 

     Un dernier mot…

Certaines zones maritimes sont totalement déserte (ou presque) d'un point de vue fréquentation humaine (passage d'avions, cargos ou bateaux de pêche). C'est malheureusement le cas de la zone océanique où est recherché actuellement le vol MH 370 de Malaysia Airlines disparu depuis le 08 mars 2014. Si c'est votre cas de navigation, c'est dire aussi combien il sera difficile, voire impossible, de compter sur une aide extérieure en cas de problème grave. D'où l'intérêt de posséder un maximum de documents comme ceux cités ici !

 

Voir également le chapitre consacré à la survie, ici...


 


 

Qu'on se le dise …et bon vent !

 

 

Trucs & Astuces précédent…

Trucs & Astuces suivant…

 

 Retour à liste des Tr & As2...

 

 

 

 

 

 



07/08/2014
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 153 autres membres